Résolution 2019

En cette fin 2018, je peux dire deux choses.

J’aime toujours mon boulot.

Mais je ne suis pas sûre de pouvoir continuer à le faire.

Je l’aime toujours parce que la MG me passionne. Que c’est compliqué mais tellement stimulant, que c’est génial de suivre les patient.e.s sur des années, de les voir aller mieux… ou pas, mais d’être là pour les accompagner quoi qu’il arrive. Que c’est un privilège d’être là pour entendre le patient suivi depuis plusieurs semaines pour syndrome dépressif arriver en disant, avec un timide sourire « je crois qu’il y a des étincelles de mieux ». Bref, je vais pas vous refaire le billet de la dernière fois.

Mais je ne suis pas sûre de pouvoir continuer à le faire.
Parce que même si je travaille « à temps partiel » (on peut pas mettre les guillemets en gras??) (non parce que « temps partiel », ça veut dire 3 jours par semaine pleins, un samedi matin sur 2, plus quelques gardes ou astreintes, plus le temps de formation continue, de compta et d’administratif, sans même parler du temps où j’étais chargée d’enseignement à la fac, donc largement 35 heures par semaine), même si je travaille à temps partiel, donc, je suis fatiguée.

tiana

J’habite à une demi-heure de route de mon travail. C’est un choix, mais ça veut dire qu’en partant à 7h50 de chez moi le matin, j’arrive à 8h20. Le temps de lancer les logiciels, de regarder les bios de la veille et les courriers, j’ai pas le temps de m’ennuyer avant le début des consultations à 8h40.
Pour le moment j’ai un planning avec consultations de 20 minutes. Consignes de doubler pour les visites de petits nourrissons avec vaccins, première consultation de grossesse, et puis j’en double moi même certaines pour des patient.e.s compliqué.e.s ou certains motifs. Fin de matinée à 13h si je suis pas en retard (LOL), reprise à 14h20. Dernier créneau 19h. Donc en basique 13 créneaux le matin, 14 l’aprem (j’ai une pause dans l’apres midi pour rattraper le retard), mais généralement il y a au moins 1 ou 2 consultations « doublées » dans la journée, donc je tourne autour de 25 patients vus par jour (et j’ai une patientèle très jeune, quasi la moitié de pédiatrie, donc quasi jamais de visites). Sur ces créneaux, selon les saisons, 9 à 12 créneaux « du jour », c’est à dire qu’ils ne peuvent pas être pris à l’avance, et que les secrétaires ont des consignes sur les motifs qui justifient de donner ces créneaux là. J’ai récemment passé mon dernier créneau « hors urgence » de 19h à 18h20.
Sur le papier franchement, je me dis que c’est une belle organisation.

En pratique… en pratique, je suis à facile 10 ou 15 jours de délai pour les RDV non urgents. Généralement le planning est blindé à 10h du matin (oui, je sais, on a des petits soucis de régulation par la secrétaire), et je me retrouve à rajouter des gens à 19h20, parfois 19h40.

Mais là où ça devient terrible, c’est le soir, une fois le dernier patient parti. Même si je finis à l’heure (j’essaye hein, mais faut reconnaître que c’est rare que je n’aie pas au moins 20 minutes de retard en fin de journée), genre si je finis la consultation à 19h20, je suis pas chez moi avant 20h30. Facile. En hiver, souvent, je finis plutôt vers 20h au cab, pas à la maison avant 21H.

Parce qu’après la fin des consults, je gère les courriers que j’ai pas eu le temps de faire dans la journée, courriers à lire ou courriers à faire. Je refais les (en moyenne) 2 ou 3 ordonnances « perdues » par les patients. A chaque fois ça implique d’ouvrir le dossier, de vérifier que c’est effectivement la bonne ordonnance, l’imprimer, la signer. C’est pas très long, mais c’est tous les jours. Il y a aussi les demandes d’ordonnances ou de courriers plus ou moins justifiés « veut une ordonnance de tel médicament » « a RDV dans 2 jours pour une IRM , n’a pas d’ordonnance ». Alors que je le fasse ou pas (souvent c’est « ou pas »), j’appelle ou je justifie le non auprès de la secrétaire. Je rappelle les patients qui ont laissé des messages. Parfois j’ai essayé de les joindre dans la journée, mais « ils travaillent » alors ils n’ont pas répondu. Souvent ça nécessite une consultation,en fait … mais j’ai beau l’expliquer aux secrétaires, j’ai toujours des messages disant juste « Monsieur Z demande que vous le rappeliez. » (avec des fois des précisions genre « le rappeler après 19h30 ») . Et puis c’est juste au moment de la sidération stuporeuse, alors l’efficacité n’est pas la même.

preview

Moi devant mon ordi à 20h40 au boulot alors que je devrais être partie depuis longtemps

Tout ça pour dire que depuis novembre, je suis rentrée chez moi une seule fois avant 20h30. La moyenne, c’est plutôt 21H. Vendredi dernier, journée chargée, j’étais en vacances la semaine d’après, je voulais essayer de laisser les choses « propres » pour mon remplaçant, je suis arrivée chez moi à 22H.
J’avais faim, un peu. Et j’étais fatiguée, donc.

Tout ça pour dire que j’en ai marre. Marre de finir aussi tard, et d’entendre quand même plusieurs fois par jour « on n’arrive jamais à avoir RDV avec vous » et autres trucs du genre. Marre de partir du principe que non, je ne peux rien prévoir le soir les jours de boulot parce que je serai en retard. Et crevée. Marre de me dire que la vie de famille, la vie tout court, doit être mise entre parenthèses ces jours là.

Alors j’en ai parlé sur twitter. Et j’ai eu plein de réponses.
Plein de réponses d’autres MG qui sont dans les mêmes problématiques… à la fois sur la gestion du planning et sur ce temps post consultation du soir, qui nous fait revenir si tard à la surface.

Mais aussi plein de réponses de collègues qui arrivent à faire autrement. Qui ont fixé un cadre différent. Dernier créneau hors urgence avant 18H. Dernier créneau urgent 18h30. Ou des créneaux plus tard, mais moins de retard, et départ direct après les consultations. Organisation entre médecins d’un même cabinet pour assurer chacun un ou deux jours par semaine une réponse téléphonique jusqu’à 20h, mais ça ne veut pas dire consulter jusqu’à 20h. Et finalement : les patients font avec. Ou vont voir ailleurs… Mais vu la démographie médicale actuelle, c’est pas trop un problème. Pareil pour la gestion des messages : si c’est urgent ça se gère en journée. Sinon ça attendra la journée de consultation suivante. Même si c’est 3 jours plus tard.
A souligner, le rôle majeur d’un secrétariat efficace, et d’une conscience des limites de nos capacités et responsabilités.

Et oui, bien sûr, je comprends que pour les patients ce soit compliqué. Qu’ils bossent loin, qu’ils ont leur travail, et leurs enfants à récupérer, et que c’est pas facile pour eux de se libérer avant 18h. Mais je ne peux plus continuer comme ça.

Donc *roulement de tambour* : résolutions!

Je veux continuer d’aimer mon boulot, ce qui implique de réorganiser mon temps de travail. Pour l’instant j’ai prévu ça :

1) Recadrage des consignes aux secrétaires : je ne fais pas de consultation par téléphone, pas d’ordonnances sans voir les gens, c’est pas la peine de me faire passer les messages de ce genre. Ils prennent RDV et puis c’est tout. (recadrage de moi-même aussi, par la même occasion : de redire ça aux secrétaires ça va m’obliger à être cohérente).

2) J’ai rajouté une pause dans l’après midi pour gérer les bios / papiers etc. Et si les patients répondent pas avant 19h, et ben ça attendra quelques jours. (sauf évidemment le truc vraiment urgent mais finalement c’est très rare).

En gros une fois les consultations finies, je veux pouvoir me contenter de vérifier le total des règlements en CB, les chèques, faire la télétransmission, et je rentre chez moi! Je ferai ma demi heure de sidération stuporeuse dans la voiture. Si je prévois la musique adéquate, ça devrait le faire.

3) Plus difficile… Arriver à lâcher la culpabilité sous jacente à tout ça. Culpabilité de ne jamais en faire assez, de ne pas pouvoir répondre aux demandes des patients, de les mettre dans la panade parce qu’ils ne peuvent pas se libérer… Culpabilité de refuser de voir le patient qui se pointe avec 15 minutes de retard sur le premier RDV de l’après-midi (parce que si je le vois après je suis à la bourre pour tout le reste de la journée). Culpabilité de répondre, encore et encore, aux nouveaux arrivants sur la commune, que non, je ne peux plus prendre de nouveaux patients, et oui, je sais que c’est compliqué.
Comme disait @docisa33 « on serait là jusqu’à minuit, il faudrait un RDV à minuit 15 ». On ne peut pas tout gérer.

Je fais de mon mieux. Je ne sais pas et ne veux pas travailler « plus vite ».  J’adore mon travail, mais c’est mon travail, pas toute ma vie, et si je veux continuer à le faire du mieux que je peux, j’ai besoin de garder un équilibre entre les deux.

Si vous avez d’autres pistes, je suis preneuse!
Et je viendrai vous raconter si ça marche…

 

unnamed

Totoro il est HYPER FORT pour tenir en équilibre sur sa toute petite toupie. #Inspiration #JeSuisTotoro

(Ah et aussi : les mecs, faut arrêter de proposer tout et n’importe quoi pour l’avenir de la MG. ON N’EST PAS ASSEZ NOMBREUX. Il va falloir revoir les critères de consultation. Genre les consultations juste pour papier enfant malade, pour arrêt de travail de 1 jour parce que « j’ai vomi toute la nuit », pour le papier pour la crèche ou pour la cantine, pour le certif de sport du club de danse du petit ou pour les échecs. C’est plus possible, là! L’éducation à la santé a son rôle à jouer dans tout ça. Vraiment.)

Publicités

#TeamBisounourse : la MG c’est la vie

Hier, on m’a parlé d’une remplaçante (pas chez moi), qui trouvait que la MG c’était « chiant », et que c’était « de l’abattage », et qui se posait la question d’un exercice salarié quitte à gagner moins, mais au moins ne pas s’ennuyer.
J’ai ouvert des yeux ronds comme des billes.
Parce que OK, la période n’est pas folichonne pour la MG, l’exercice se complexifie, on se fait accuser de dépenser les sous de la Sécu en prescrivant des arrêts de travail à gogo, je comprends que l’installation puisse faire peur.

Mais malgré ça, tous les jours, j’ai des moments qui valent le coup en consultation. Des sourires, des marques de confiance, des preuves qu’être « le médecin traitant » c’est être un peu « dans la vie » des gens, le contraire de l’abattage, et ça, je kiffe toujours autant.

Alors voilà, c’est un billet de blog Bisounourse, des petits bouts de consultations anonymisées, juste parce que j’avais envie.

portrait

Portrait de moi, par Jeanne, 5 ans, qui accompagnait son papa. Alors que je lui proposais de finir son dessin chez elle, elle m’a répondu « mais c’est TOI, c’est pour l’accrocher!!! »

Théo, 11 ans, vient pour voir s’il peut faire de la natation. Parce qu’après il veut faire de la plongée. Parce qu’après il veut faire astronaute.

Michel, 68 ans, se marre quand je lui apprends l’expression « partir en cacahuète ».

Lors d’une discussion avec la famille d’Edouard, en soins palliatifs après une grave-maladie-diagnostiquée-trop-tard, son fils me dit que bien sûr ils ne m’en veulent pas. Que de toute façon il savait, et que c’était pour ça qu’il n’avait pas consulté. Et qu’il avait toujours « bien vécu », en répétant que « quand les gros seront maigres, les maigres seront morts ». Et ça nous a fait sourire, sa famille et moi, assis dans sa cuisine, de débriefer de ça tous ensemble.

Malo, 5 ans, grosse rhino, grognon et plein de fièvre, à qui je conseille de se moucher, me fait une merveilleuse démonstration de « je me mouche avec ma langue ».

Delphine, 41 ans, qui vient avec ses 2 enfants, me prévient en début de consultation que si son téléphone sonne, il faudra qu’elle réponde, parce qu’elle a été tirée au sort à un jeu de la radio. Ça a sonné. Elle a répondu. Elle a gagné un voyage pour toute la famille, pendant que je faisais « chuuuuuut » aux enfants, et le vaccin du grand est passé comme un charme.

Adelaïde, 6 ans, me demande quel bruit ça fait son coeur. Je lui fais écouter. Elle me regarde avec des grands yeux en disant « c’est trop beau!!! ». Elle a raison.

Sophie, 45 ans, m’apporte un pain au chocolat pour mon goûter parce que « [elle est] sûre que je prends même pas le temps de faire une pause! ». Elle a raison aussi.

Jacques, 66 ans, qui n’aime pas attendre et prend toujours le premier rendez-vous de la journée, a vu le Grand Professeur Du Grand CHU qui lui a rajouté un traitement pour son diabète pourtant parfaitement équilibré. Il ne l’a pas pris, parce qu’il voulait qu’on en discute avant. Alors on a discuté ;-).

Au milieu des courriers médicaux, une carte postale de Enzo, 5 ans1/2 , que j’ai vu beaucoup trop souvent ces dernières semaine, et qui heureusement était guéri avant de partir en vacances. Plus tard, sa mère, morte de rire, me racontera la genèse de la carte.

20180830_145701

Catégorie « courriers », il y a eu aussi le mail de Céline et Antoine, avec des photos de leurs jumelles dans leurs bras, quatre heures après leur naissance. Quelques semaines en avance, la naissance, mais vu que ça faisait plus de 3 ans qu’ils galéraient pour devenir parents, et que les petites vont bien, on va pas chipoter!

Maelys, 7 ans, a un joli collier qu’elle a fait « TOUTE SEULE et avec un COEUR parce qu’elle a UN AMOUREUX ». Par contre elle ne se souvient plus du tout pourquoi sa mère a pris RDV pour elle. Quand elle est revenue la fois d’après, elle m’avait fait un collier.

Sonia a oublié son agenda du sommeil, mais m’annonce, très fière d’elle, qu’elle dort toutes les nuits jusqu’à 5h, et se sent beaucoup plus reposée. Quand elle est venue il y a 2 mois, on a pris le temps de discuter, elle a accepté de tenter la « rééducation du sommeil sans médicament », et ça marche. Elle a de quoi être fière (et du coup moi aussi un peu, par ricochet ^^).

Diego, venu pour contrôler ses tympans, veut savoir s’il a grandi. Il est venu il y a 3 jours, je l’avais déjà mesuré, mais « Maman elle m’a dit qu’on grandissait un petit peu tous les jours!!! ». Spoiler : ma toise n’est pas assez précise.

Et c’est comme ça tous les jours. Tous les jours des histoires, des sourires, des aventures, des discussions, de la vie, quoi.
Alors oui, au milieu de ça, il y a aussi de la rage, et de l’impuissance, et de la tristesse, et du ras-le-bol. Les injustices, les imbroglios administratifs, les demandes abusives, les choses-qui-ne-se-passent-pas-comme-elles-devraient. Genre l’employeur de mon patient en arrêt de travail de longue durée, qui souhaite une rupture conventionnelle, mais à qui son patron dit que ça n’est pas possible, « mais vous n’avez qu’à ramener votre contrat de travail initial, on le détruira et on en refera un avec une date de fin »… #NonMaisÇaVaPasBienLaTête.
L’impression de ne pas en faire assez, ou de ne pas faire assez bien, ou de ne pas avoir les moyens de faire. Les délais pour les examens et avis spécialisés qui s’allongent, la souffrance au travail, la souffrance tout court.

Mais malgré ça, pour le moment, je trouve toujours que ça vaut le coup. Parce que c’est le contraire d’un métier chiant. Et parce que j’ai l’impression de faire un tout petit peu quelque chose pour aider. J’ai toujours le sentiment, après 11 ans de MG, et 6 ans après avoir écrit ça, que j’ai bien fait de choisir ce boulot.

Pourvu que ça dure.

IMG_4620

En bonus, la radiographie de Doudou-De-Jeanne (la même que mon portrait), 2ans1/2 à l’époque. Le manip radio qui faisait sa RP avait le sens de l’humour.

Contraception mineure anonyme

Mon challenge d’octobre, c’est de paramétrer mon logiciel de télétransmission pour faire facilement les cotations des consultations contraception pour les mineures de 15 à 18 ans qui demandent l’anonymat.

Pour celles dont les parents sont au courant, on peut continuer de faire comme d’habitude. Et en tiers payant intégral pour la fameuse « première consultation contraception mineure à  46€ », sous le code CCP, à partir de novembre 2017.

Pour celles qui demande l’anonymat, normalement c’est simple, la démarche est décrite ici . En pratique ça se complique un peu, vu que le numéro de sécu anonyme à utiliser change selon le lieu où on exerce… Et donc le numéro de caisse.

 

maxresdefault

La recette est la suivante

NIR anonyme à utiliser = 2 55 55 55 CCC 042/XX

CCC = numéro de la caisse de rattachement du professionnel de santé. Pour Nantes par exemple c’est 441. Ailleurs, ben… ça dépend de quelle caisse vous dépendez. Généralement, le professionnel de santé le sait. En cas de doute la listes est ici : Liste des caisses gestionnaires du régime obligatoire. Téléchargeable là, ORGANISME OBLIGATOIRE, sinon.

XX = clé de contrôle. C’est du pur truc administratif, et pour le trouver il faut aller par là. Vous tapez le 2 55 55 55 + votre numéro de caisse + 042 et ça vous donne le XX.

Et TADAAAAA!!! Vous avez obtenu le NIR anonyme à utiliser pour les consultations de contraception des mineures qui ne souhaitent pas que leurs parents soient au courant.

Par exemple pour la caisse de Nantes : 2 55 55 55 441 042 12

Y’a plus qu’à paramétrer votre logiciel de prescription…
Pour ça, déjà plein d’infos par ici et aussi par là.

Les grands principes :

  • Soit feuille de soins papier, soit FSE en mode dégradé (vu que par principe on n’utilise pas la carte vitale de la patiente).
  • code EXO 3 pour être intégralement payé par la CPAM : cocher « soins particuliers exonérés » dans les réglages de l’acte, donc tiers payant AMO intégral (sur FSP indiquer « n’a pas réglé la part obligatoire ET n’a pas réglé la part complémentaire).
  • indiquer la date de naissance de la patiente et le fameux NIR anonyme

 

Je teste ça et je complète l’article!

Merci beaucoup à @hipparkhos, @10Lunes, @NiSniF et @RichardTalbot !

(et un jour peut être il y aura un numéro UNIQUE national, diffusé partout, ou au moins un moyen simple de trouver le fameux NIR anonyme… parce que même en appelant ma CPAM ils n’ont pas su me dire!)

Check list remplaçant.e/remplacé.e

Au cabinet médical en ce moment, il y a du mouvement. Et plein de nouvelles remplaçantes et de nouveaux remplaçants. Alors pour simplifier un peu les choses, j’ai voulu faire une check-list des choses à savoir au niveau organisation du cabinet, que je peux redonner ensuite à tous les intervenants du cabinet, internes ou qui remplacent.

Une fois de plus, le #DocsTocToc a été magique, j’ai eu plein de suggestions et de bonnes idées, alors voilà le plan général… ça peut servir aux remplacé.e.s pour faire pareil, ou aux remplaçant.e.s pour vérifier qu’ils ont les infos avant de commencer le rempla.

Un grand merci aussi à ma nouvelle remplaçante qui avait une check list à elle quand elle est venue voir les locaux, et qui m’a donné l’idée.

laviemodedemploi-2

1/ la base

  • clé du cabinet
  • code CPS, code ordinateur, code logiciel. code de déblocage de la CPS si besoin
  • numéro de la hotline du logiciel
  • numéros de téléphone / de fax / numéros internes pour communiquer avec la secrétaire / les collègues

2/ organisation

  • qui fait le ménage? quel jour/ quelle heure de passage pour le ménage?
  • secrétariat : horaires de la secrétaire, secrétariat téléphonique, comment transférer la ligne, code pour consulter le télésecrétariat
  • courriers : qui ouvre? système de classement? scanner? y a-t-il des mails à relever? des fax?
  • qui ouvre/ ferme le cabinet? faut-il fermer les volets? système d’alarme?
  • poubelle à sortir
  • où est le disjoncteur?
  • comment on mange? Où sont les toilettes?

3/ Matériel

  • médicaments d’urgence
  • matériel médical : ECG? doppler foetal? lecteur glycémique? chambre d’inhalation? mètre ruban, toise à bébé, autre matériel (chez nous par exemple le sensory baby test), matériel stérile (et quelle stérilisation?), matériel pour frottis, pots à ECBU, ecouvillons… O2? Défibrillateur le plus proche?
  • consommables : où sont les réserves? (drap d’examen, essuie mains, compresses, streptatests, kits de suture, strips…)
  • frigo? vaccins d’avance? Colle médicale? autre?
  • papeterie et administratif : ramettes de papier pour l’imprimante, stylos, piles et ampoules de rechange, cartouches d’imprimante, rouleaux pour lecteur cartes bancaires
  • formulaires : où sont les feuilles de soins / arrêts de travail / ordonnances / formulaires de déclaration de grossesse etc
  • y a-t-il des bonbons / gâteaux planqués quelque part? du café?
  • papier toilette / savon

(ou alors on fait par tiroir : contenu du tiroir 1/ tiroir 2…)

4/ Fonctionnement des machines

  • logiciel médical : idéalement vu ensemble, ou mode d’emploi laissé. quelle identification du remplaçant?  numéro de la hotline +++
  • feuilles de soin : CSP du remplacé? (mais normalement pas le droit). Paramétrage de la CPS du remplaçant? Utilisation FSP? télétransmission à faire? consignes particulieres? (chez nous on met « medecin de substitution » pour tout le monde, la moitié des patients ne savent pas avec quel médecin du cabinet ils ont signé)
  • lecteur de CV : mode d’emploi succinct, piles? chargeur?
  • lecteur de cartes bancaires si existe
  • téléphone, surtout si standard ou plusieurs téléphones
  • connexion internet : codes, localisation de la box / du routeur, numéro de la hotline
  • ECG : mode d’emploi
  • Guide de dépannage de base

5/ Fonctionnement médical

  • habitudes du remplacé pour le paiement, le tiers payant
  • créneaux pour les visites? Où sont notées les consignes pour aller chez les gens? nombre d’IK à compter?
  • EHPAD : code pour en sortir (1234 ou l’année en cours ou une version inédite!), code du logiciel. Passer CV ou laisser FSP?
  • organisation du planning : jours et horaires de consultation, possibilité d’adapter le planning (ou pas), nombre de consultations par jour.
  • pratiques particulières : infiltrations, pose DIU / Implant, acu, homeo, hypnose, IVG med…
  • correspondants habituels
  • où est le labo le plus proche? le cabinet de radiologie? l’hôpital / les urgences?
  • qu’est ce qu’on fait des résultats bio? comment ils arrivent? Intégrés dans le dossier ou pas?
  • idem pour les courriers

6/ transmissions médicales

  • cahier de transmission? dans quels cas transmettre, à qui?
  • dans les dossiers, penser à noter qui gère l’INR (le patient / l’IDE / la famille / qui appeler si problème), ou les coordonnées du spé qui suit tel patient avec une pathologie importante (genre « c’est l’hémato qui gère les résultats de Monsieur A qui a une leucémie »)
  • patients en cours de prise en charge avec des éléments importants (Madame B est en soins palliatifs, famille au clair / Monsieur C est sourd, le téléphone c’est par SMS seulement/ appeler monsieur D quand on aura ses résultats…)

 

 

La liste est évolutive, n’hésitez pas dans les commentaires à faire vos suggestions!

Bonnes vacances aux remplacé.e.s, bon courage aux remplaçant.e.s… et vice versa 🙂

generations41

Un.e remplaçant.e c’est pas un.e sosie, je sais! mais c’est l’occasion de mettre le lien vers ces merveilleux montages de Cali Rezo http://www.calirezo.com/site2015/histoire-de-genes/

Volontariat obligatoire

Hier soir, c’était le planning de garde.
Alors à 20h45, une fois la journée de consultations terminée, les papiers faits, les coups de fils passés, j’ai rangé mes petites affaires, et je suis partie, dans la joie et la bonne humeur (presque) retrouver les collègues du secteur à 20 bornes de là. C’est l’occasion de rentrer chez moi après minuit, et ça c’est pas glop. Mais c’est  aussi l’occasion de voir les collègues, et ça c’est plus glop.  Mais on ne les voit pas tous. Hier soir, par exemple, sur les 54 médecins du secteur, on était moins de 25. Et y’en a 18 qu’on a jamais vu.e.s.

Pourtant, on a de la chance.
On a une chouette MMG (maison médicale de garde). Dans des locaux propres, bien équipés. Les patients appellent le 15 avant de venir, les régulateurs régulent, nous envoient seulement les patients qui le nécessitent. Nos gardes se terminent à minuit. Le samedi et les dimanches et fériés, il y a en plus un médecin d’astreinte, jusqu’à 20h, pour faire les visites incontournables, là encore régulées par le centre 15. Et sur le secteur, on est 54 médecins. Donc en théorie, c’est moins d’une garde par mois. Tranquille.

maxresdefault

Mais ça, c’est la théorie.

En pratique… En pratique, hier soir, une vingtaine de médecins présents, d’autres qui avaient donné quelques dates possibles, et quelques remplaçants.

Faut dire que les astreintes, c’est chiant. Le secteur est grand, on fait des bornes, surtout quand on n’habite pas dans le secteur. Ça m’est arrivé plusieurs fois de dépasser les 200km sur une astreinte. Et comme on compte les kilomètres depuis la MMG et pas depuis notre domicile, c’est pas « rentable » (j’habite à plus de 40km). Pour une journée bloquée, qu’on passe dans la voiture et pas en famille, ni au bord de la mer ou au ciné, c’est dans les 200 ou 300 euros max (et faut déduire les charges perso, là dessus, évidemment).
Alors personne n’aime les astreintes. On est une quinzaine à en prendre, et certain.e.s en font vraiment souvent.

mille-bornes-le-grand-classique-jeu-de-societe

Et puis les gardes… Pour certaines, c’est la foire d’empoigne.  Un samedi de midi à minuit, en hiver, c’est facilement 25 patients, à presque 50 euros la consultation. Ça fait une sacrée journée, mais clairement, les recettes de la journée motivent. Et attirent les remplaçants.  Bizarrement, pour certains soirs de semaine, ou pour le 24 décembre, c’est beaucoup plus difficile.
Hier soir,  quand on est arrivé au 24 décembre, ça a duré 10 minutes. Dix longues minutes de silences embarrassés, de « non moi je peux pas », de « j’ai déjà fait le réveillon l’an dernier ». Forcément, celles et ceux qui étaient là avaient à peu près tous déjà fait des Noëls ou des réveillons des années précédentes. Toujours les mêmes têtes. De moins en moins nombreuses.

J’ai eu de la chance. Quelqu’un a craqué avant moi. Je ne serai pas de garde cette année à Noël. Mais je trouve très injuste que ça se soit joué entre celles et ceux qui avaient fait l’effort de venir.

L’organisation de la permanence des soins est particulière. C’est une obligation déontologique. Mais la participation au tableau de garde (dans notre secteur en tout cas, et légalement je crois) est basée sur le volontariat. On ne peut pas forcer les médecins à prendre des gardes. Sauf cas exceptionnels et réquisition. Mais il faut compléter le tableau de garde. Déontologiquement parlant, on ne peut pas laisser de dates sans personne. Alors les volontaires bouchent les trous, même sur des dates qui ne les arrangent pas. Pendant que d’autres restent tranquilles chez eux, ou ont juste donné une liste de quelques dates qu’ils.elles veulent bien prendre.

C’est un peu démotivant. Surtout quand parfois, dans mon entourage, on me dit que je suis trop bête de le faire si je suis pas obligée.

Je sais qu’on est privilégiés, maitenant. Que le système de gardes « à l’ancienne » était bien plus contraignant. Que c’est important pour nos patients, et important pour nos collègues régulateurs, qui galèrent bien assez comme ça.
Mais je sais aussi que j’ai mes limites. Que tout ça est un équilibre bien précaire, à cheval sur ce concept bancal de volontariat obligatoire.

Et que l’injustice du système « qui sera la plus bonne poire » me pèse toujours autant.

Les feux de Farfadoc’s anatomy

Dans mon cabinet, il y a du rire, des larmes, de l’amour, des colères, de la joie, des bonnes nouvelles, des naissances, des morts, des malades, des bien portants.

banniere-kleenex

Article non sponsorisé. D’ailleurs au cab, c’est pas des Kleenex c’est des génériques, ça mouche pareil.

Il y a Justine, qui pleure toutes les larmes de son corps parce qu’elle a décidé de rompre avec l’amour de sa vie. Parce qu’il a beau être l’amour de sa vie, il part vivre à 6000 km, et qu’une relation à distance à ce point, c’est pas possible. Et parce qu’elle sait que s’il a décidé de partir, c’est parce que son travail passe avant elle.

Il y a David et Andrea, qui viennent me présenter leur petit Bastien qui vient de naître.

Il y a Jacques, qui étranglerait volontiers son responsable, avec qui il est en conflit depuis des mois. Il en bafouille encore quand il en parle, même après deux mois d’arrêt de travail.

Il y a les éclats de rire des enfants qui trouvent que quand on palpe le ventre ça chatouille, et les pleurs des bébés (et parfois des parents) au moment de certains vaccins.

Il y a des nuages de poisse, qui s’obstinent à pleuvoir sur les mêmes personnes pendant parfois plusieurs années, l’incendie après le licenciement, le cancer après l’incendie, l’accident de voiture après le cancer. J’espère qu’un jour ceux-là auront un retour de karma, parce que parfois, c’est vraiment pas juste.

13181246_659375627534408_2112153720_n


Il y a les histoires de famille, les squelettes dans le placard.

Il y a Robert, stressé et ému à l’idée de rencontrer pour la toute première fois demain son petit-fils qui a pourtant déjà 8 ans.

Il y a Laure, placée en famille d’accueil, qui me raconte à demi mots l’enfer qu’elle a vécu jusqu’ici.

Il y a l’ambiance qui change quand Pierre, après 6 consultations pour des motifs bateau, déballe son sac et me raconte son enfance, son père qui le battait, sa mère qui le rabaissait, sa violence à lui, qu’il sent prête à sortir parfois, et qui lui fait si peur.

Il y a l’immense fierté justifiée d’Elodie, qui a enfin eu son permis de conduire après le troisième essai et quelques mois de psychothérapie pour maîtriser ses phobies.

Il y a Nolan, pré-ado qui commence à jouer au grand, mais qui sourit encore quand je prends sa tension pour le certif de sport.

(Théorie de moi : les enfants grandissent quand ils ne rigolent plus pendant que je prends leur tension. Les adultes, ils disent jamais « Ça serre fort! » « Je peux faire? » « Ah oui j’adore quand on fait ça! ».)

Il y a Yasmine qui me raconte comment elle est tombée amoureuse de son mari au collège, et ne l’a jamais perdu de vue, parce qu’elle savait que c’était lui.

Il y a Charles, avec qui je pleure un peu en début de consultation quand je le revois six mois après le décès de sa Geneviève, qui s’est éteinte dans sa chambre, après des semaines d’accompagnement à domicile.

Il y a le regard lumineux de Salima quand je lui confirme que les résultats sont bons. Que ça y est, c’est fini.

Parfois, à la télé ou dans les bouquins, je me dis qu’ils en font trop. Que les histoires sont trop grosses, qu’on voit les ficellles.
Et puis je pense à mes patients. A tous les paysages émotionnels qui défilent devant mon bureau. A toutes ces histoires, joyeuses ou dramatiques, à toutes ces boîtes de mouchoirs consommées depuis 9 ans. 

Capture d’écran 2016-07-05 à 10.14.32

Grey’s Anatomy et les Feux de l’Amour dans la campagne française. Avec juste un peu plus de rustinage, et un peu moins d’accidents de ferry/avion/helicoptère par personne, et des vasectomies plus efficaces.

#JeKiffeMonJob

#CNGE2015 , débriefing en demi-teinte

Fin du congrès. 
C’était mon troisième congrès du CNGE, congrès des généralistes enseignants.
Que je quitte avec des sentiments mêlés, sans être trop sûre d’avoir envie de revenir l’an prochain.
Comme les deux années précédentes, j’y ai retrouvé avec plaisir des gens de toute la France, internes, thésards, maîtres de stage motivés. J’y ai vu / lu / entendu des tas de projets concernant l’enseignement en médecine générale, certains enthousiasmants, parfois en plein dans ce qu’on imagine au #MededFr.

Des projets de promotion de la MG auprès des étudiants, tôt dans le cursus. Des cours impliquant des patients témoins / patients experts. Des formations pluri-professionnelles. Des propositions pour prévenir / prendre en charge le burn-out des étudiants et internes…

La recherche en soins primaires fourmille aussi. C’est pas mon truc, je le sais, mais j’admire beaucoup celleux qui s’y attellent, qui montent des projets pour que la recherche prenne en compte les « vrais » patients dans les « vraies » conditions de la MG. C’est un terrain quasi vierge, quasi tout est à explorer.

J’y ai vu aussi beaucoup d’ambition pour la MG de demain, pour sa reconnaissance par les patients, par les soignants, par les politiques. Je ne crois pas que pour l’instant un DES en 4 ans puisse être mis en place dans des conditions acceptables pour les internes et les MSU, mais oui, à terme, un DES en 4 ans, avec une part ambulatoire nettement majoritaire et des stages vraiment formateurs pour des internes vraiment encadrés, ça serait top.

18862584

Le monde merveilleux où un DES à 4 ans formateur et utile et avec des maîtres de stage formidables est possible.

Mais j’y ai aussi vu les mêmes chiffres (depuis 3 ans, à peu de choses près) de 1 enseignant pour 97 internes (sans même compter le deuxième cycle). Les exigences de validation du DES , les portfolios à compiler, les obstacles locaux dans certaines facs (qui a une plate forme informatique archaïque, qui un doyen hostile à la MG…) (finalement à Nantes on est plutôt chanceux!!).
On promeut la recherche en MG, on veut des thèses de qualité. Normal. Sauf que les directeurs de thèse qualifiés et motivés et capables d’aider les internes à faire des thèses méthodologiquement impeccables, il n’y en a pas des masses. Alors ils encadrent 5, 10, 15 thésards en même temps.
On veut des enseignements différents, interactifs, pas en petits groupes. Bien sûr. Alors on double, triple les cours, mais ce sont de nouveau les mêmes qui s’y collent.
Et qui lisent les portfolios, et les « traces d’apprentissage », et les « RSCA » et tout le reste. 
Et qui ont à côté de ça leurs patients, leurs consultations, leur cabinet à faire tourner. 
Et souvent en plus des engagements associatifs / syndicaux / de formation continue.

Je ne suis pas directement dedans. J’ai juste un statut de chargée d’enseignement – intermittente du spectable, je fais quelques heures par-ci par-là, et j’ai plutôt réduit la voilure depuis l’année dernière.

Mais je vois les titulaires de DMG, et encore plus les chefs de clinique, qui sont en apnée sous le boulot. Et qui dorment, un jour? Qui voient leur famille, leurs amis?
Qui vont tenir combien de temps?

Alors oui, j’ai entendu plein de projets, plein d’ambition. Mais on n’a pas de moyens. Et j’ai vraiment peur qu’on use les bonnes volontés à force de tirer sur la corde.

Accessoirement (ou pas), j’ai toujours autant de mal avec le jargon à outrance du CNGE. On a ajouté de nouvelles cases au bingo, j’ai beaucoup ri à la « matrice de socialisation ». Pour certaines communications, j’ai rien compris à ce qui se disait.

Alors je ne suis pas sûre de revenir l’an prochain. Je vais continuer à accueillir mes externes avec plaisir, et à faire un peu d’enseignement au compte-goutte sur des projets qui me motivent. Et je vais croiser les doigts pour qu’un jour, enfin, on ait les moyens de faire les choses bien pour nos internes et nos externes, sans coller tous les titulaires en burn-out.

PS : sinon, un congrès sans WIFI en 2015, c’est pas possible, les gens!!