Les feux de Farfadoc’s anatomy

Dans mon cabinet, il y a du rire, des larmes, de l’amour, des colères, de la joie, des bonnes nouvelles, des naissances, des morts, des malades, des bien portants.

banniere-kleenex

Article non sponsorisé. D’ailleurs au cab, c’est pas des Kleenex c’est des génériques, ça mouche pareil.

Il y a Justine, qui pleure toutes les larmes de son corps parce qu’elle a décidé de rompre avec l’amour de sa vie. Parce qu’il a beau être l’amour de sa vie, il part vivre à 6000 km, et qu’une relation à distance à ce point, c’est pas possible. Et parce qu’elle sait que s’il a décidé de partir, c’est parce que son travail passe avant elle.

Il y a David et Andrea, qui viennent me présenter leur petit Bastien qui vient de naître.

Il y a Jacques, qui étranglerait volontiers son responsable, avec qui il est en conflit depuis des mois. Il en bafouille encore quand il en parle, même après deux mois d’arrêt de travail.

Il y a les éclats de rire des enfants qui trouvent que quand on palpe le ventre ça chatouille, et les pleurs des bébés (et parfois des parents) au moment de certains vaccins.

Il y a des nuages de poisse, qui s’obstinent à pleuvoir sur les mêmes personnes pendant parfois plusieurs années, l’incendie après le licenciement, le cancer après l’incendie, l’accident de voiture après le cancer. J’espère qu’un jour ceux-là auront un retour de karma, parce que parfois, c’est vraiment pas juste.

13181246_659375627534408_2112153720_n


Il y a les histoires de famille, les squelettes dans le placard.

Il y a Robert, stressé et ému à l’idée de rencontrer pour la toute première fois demain son petit-fils qui a pourtant déjà 8 ans.

Il y a Laure, placée en famille d’accueil, qui me raconte à demi mots l’enfer qu’elle a vécu jusqu’ici.

Il y a l’ambiance qui change quand Pierre, après 6 consultations pour des motifs bateau, déballe son sac et me raconte son enfance, son père qui le battait, sa mère qui le rabaissait, sa violence à lui, qu’il sent prête à sortir parfois, et qui lui fait si peur.

Il y a l’immense fierté justifiée d’Elodie, qui a enfin eu son permis de conduire après le troisième essai et quelques mois de psychothérapie pour maîtriser ses phobies.

Il y a Nolan, pré-ado qui commence à jouer au grand, mais qui sourit encore quand je prends sa tension pour le certif de sport.

(Théorie de moi : les enfants grandissent quand ils ne rigolent plus pendant que je prends leur tension. Les adultes, ils disent jamais « Ça serre fort! » « Je peux faire? » « Ah oui j’adore quand on fait ça! ».)

Il y a Yasmine qui me raconte comment elle est tombée amoureuse de son mari au collège, et ne l’a jamais perdu de vue, parce qu’elle savait que c’était lui.

Il y a Charles, avec qui je pleure un peu en début de consultation quand je le revois six mois après le décès de sa Geneviève, qui s’est éteinte dans sa chambre, après des semaines d’accompagnement à domicile.

Il y a le regard lumineux de Salima quand je lui confirme que les résultats sont bons. Que ça y est, c’est fini.

Parfois, à la télé ou dans les bouquins, je me dis qu’ils en font trop. Que les histoires sont trop grosses, qu’on voit les ficellles.
Et puis je pense à mes patients. A tous les paysages émotionnels qui défilent devant mon bureau. A toutes ces histoires, joyeuses ou dramatiques, à toutes ces boîtes de mouchoirs consommées depuis 9 ans. 

Capture d’écran 2016-07-05 à 10.14.32

Grey’s Anatomy et les Feux de l’Amour dans la campagne française. Avec juste un peu plus de rustinage, et un peu moins d’accidents de ferry/avion/helicoptère par personne, et des vasectomies plus efficaces.

#JeKiffeMonJob

Advertisements

3 réflexions au sujet de « Les feux de Farfadoc’s anatomy »

  1. Oui notre métier , Farfadoc amène à rencontrer tellement d’histoires pleines d’émotions, d’évolutions, de corps fatigués ou qui revivent un peu mieux etc…du vivant qui va jusque vers les derniers moments aussi.
    En tout cas, votre jeunesse 2.0 me dit que les jeunes médecins d’aujourd’hui vont changer les choses…et qu’il faudrait qu’ils soient entendus dans leur proposition et leurs façons de choisir cette médecine de l’humain.
    Je n’exerce plus depuis plus d’un an, pour diverses raisons, je me repose et lis ainsi les jeunes confrères;
    Merci de ce nouveau post plein de vie

  2. Ping : Les feux de Farfadoc’s anatomy | Jeunes M...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s