Pour des chemises d’hôpital respectant la pudeur et la dignité des patients.

Tout le monde est d’accord.

Le code de déontologie le dit.  

Le code de la santé publique le dit ": Loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades, Art. L. 1110-2. – La personne malade a droit au respect de sa dignité." Simple, efficace.

La charte de la personne hospitalisée le dit.

 

En résumé, toute personne a droit au respect de sa dignité, et ça inclut les patients ou personnes hospitalisées.

 Et pourtant…

Pourtant, dans la majorité des établissements hospitaliers, qu’on vienne pour une appendicite, pour une pneumonie, ou parce que, à 85 ans, on est tombé à la maison et qu’on a des troubles de l’équilibre, on se retrouve affublé à l’arrivée de la même blouse de patient. Chemise de malade. Jaquette d’hôpital. Appelez ça comme vous voudrez, c’est toujours la même.

Taille unique, la même pour M. AncienRugbyman, 150 kilos pour 1,90m, ou pour Mme Souris, 32kilos toute mouillée.
Couleur fadasse, souvent blanche à petits motifs bleus, délavée par des centaines de lavages.
Ouverte dans le dos.
4 boutons pression, les mêmes depuis des années, parce que la durée de vie de ces blouses est effarante. La durée de vie des boutons pression n’est pas la même, malheureusement, alors ils ne tiennent pas forcément tous les 4. Et puis même quand ils tiennent tous les 4, ils s’arrêtent en bas du dos.

Ce qui implique un choix quand on porte une de ces blouses et qu’on bouge ou qu’on marche.
Option 1 : on montre ses fesses à son voisin de chambre et à tous ceux qu’on peut croiser dans le couloir en allant demander un renseignement à la salle de soin, remplir sa carafe d’eau ou juste se dégourdir les jambes.
Option 2 : on se contorsionne pour tenir d’une main le bas de sa blouse au niveau des fesses quand on se déplace.

C’est l’option que j’ai choisie quand je me suis retrouvée pour une toute petite intervention pas grave, en "chemise de malade", à gagner l’autre bout du couloir pour aller prendre ma douche à la bétadine. Et déjà, j’étais pas trop à l’aise. Alors que je n’ai pas la carrure de M. AncienRugbyman, qui avec toute sa bonne volonté, ne pourrait même pas fermer la blouse. (Bon, je dois dire que je n’ai pas non plus, la carrure de Mme Souris).

Endormie, opérée, réveillée, remontée dans ma chambre. Remettre mes habits à moi a été mon premier réflexe en retrouvant la capacité de le faire. Même que je me suis fait gronder parce que je m’étais levée avant le passage de l’infirmière, rien que pour récupérer ma culotte.

Et je n’ai passé que quelques heure dans cette fichue chemise de malade.

En tant que soignante, ça me gêne aussi. J’ai l’habitude de voir des corps nus, c’est pas ça qui m’embête. Mais le droit à la pudeur et à la dignité, c’est important. Je ne travaille plus à l’hôpital. Dans mon cabinet, j’essaye, autant que faire se peut, de respecter cette pudeur de mes patients. En dehors des bébés, je ne leur demande jamais de se déshabiller intégralement pour l’examen. On fait par étapes : enlever le haut, examen, remettre le haut, enlever le bas… Borée en parle très bien par ici.

Je n’y travaille plus, à l’hôpital, mais je l’ai fréquenté assez longtemps pour que le même énervement me saisisse à la lecture du billet de LeyaMK l’autre jour. Dignité? mes fesses.

Cet énervenement, on est nombreux à le partager, et depuis longtemps.

Jaddo en parlait en 2007 déjà, par là.

Gélule l’a magnifiquement mis en image en 2010, par ici.  

Il y a eu des vraies études scientifiques sur le sujet. Celle-ci et celle-là, qui prouvent que le ressenti des patients sur ce sujet est loin d’être anodin. Ils parlent de dépersonnalisation, de stigmatisation.

Et pourtant, j’ai eu beau chercher, je n’ai trouvé nulle part de pétition ou de demande de la part d’associations de patients.

Je suis consciente du fait qu’il y a d’autres problèmes, probablement plus importants, à gérer concernant notre système de santé. L’accès aux soins, les infections nosocomiales, les conditions de travail des soignants, les problèmes de licenciement et de non renouvellement du personnel en milieu hospitalier, la participation des patients aux décisions les concernant, le naufrage de l’assurance maladie… On a l’embarras du choix.

Bien sûr, le plus important en terme de respect de la dignité des patients, c’est l’attitude des soignants. Ne pas parler de la « fracture du 7 », se souvenir que les patients sont des humains qui ont leur mot à dire sur leur prise en charge, et le mettre en pratique en les impliquant dans leurs soins.

Pour certains soignants, c’est évident. Pour d’autres, on a l’impression que c’est plus difficile. Dans tous les cas, je crois que ça aide d’avoir en face de soi un patient à l’aise dans sa chemise d’hôpital.

N’est-il pas aberrant qu’au milieu de tous ces beaux discours sur la bioéthique, le respect de la dignité et des droits des patients, ils se retrouvent toujours à se balader les fesses à l’air?

Les hôpitaux sont tous en déficit, et le renouvellement complet de leur stock de chemises de patients n’est probablement pas leur priorité.
Et puis il y a un côté pratique à la chemise d’hôpital : vite enlevée, vite remise, pratique pour mettre le bassin. Même taille pour tout le monde, plus facile pour gérer les stocks et les lessives.

Mais des alternatives existent. Certains établissements les ont choisies.

Au Canada, en Grande Bretagne.

Il est temps qu’on s’y mette aussi en France, non?

En parler c’est bien. Agir c’est mieux. Et comme il est difficile de réaliser des opérations commando pour aller coudre des boutons supplémentaires en bas des modèles disponibles, ça passe par une prise de conscience. Pour que peu à peu, au fil des renouvellements de stocks, ces affreuses chemises disparaissent.

Si ça vous touche, si vous êtes d’accord, vous pouvez allez par ici :

Pétition pour des chemises d’hôpital respectant la pudeur et la dignité des patients. 

(pour info, on peut signer en ne laissant visible que son pseudonyme, même s’il faut renseigner le reste).

Signez la pétition, diffusez le lien, et si vous êtes hospitalisé, pensez à le signaler dans le questionnaire de satisfaction à la sortie. La première étape, c’est d’arrêter de considérer que c’est normal.

En espérant qu’un jour, on se rappelle avec effarement de cette époque lointaine où les patients avaient les fesses à l’air. (Je sais, je suis une incorrigible optimiste, mais qui ne tente rien n’a rien!)

Edit : vous pouvez nous aider à faire l’état des lieux des tenues hospitalières pour les patients en répondant à quelques questions par ici.

Et pour poursuivre la réflexion, billet publié le 13 août : Maltraitance des soignants, maltraitance des patients.

160 réflexions sur “Pour des chemises d’hôpital respectant la pudeur et la dignité des patients.

    • Deux fois hospitalisé avec ces fameuses blouses et deux fois des allergies importantes sur tout le corps au bout d’une journée: rouge comme une langoustine cuite : cause:allergie due au détergent de lavage de ces blouses, source : personnel médical et je ne suis pas le seul cas

    • je suis d’accord pour le respect de la personne
      pour info l’IFSI d’Annemasse en Haute – Savoie a obtenu un prix et déposer un brevet pour une nouvelle chemise d’hopital plus pratique pour les soignants et plus pudique pour les patients

      • entièrement d’accord on peut examiner un ou une patient(e) sans pour autant porter atteinte a son intimité , dans certains hôpitaux on a l’impression d’être un morceau de viande sur un lit , c’est ignoble , et aussi le patient quelque fois a l’impression d’être traité comme un objet , le praticien a l’air de vous dire c’est moi le médecin je sais ce qui est bon pour vous ,

    • Je suis tout à fait d’accord sur le respect de la pudeur et l’intimité de la personne soignée! Mon mari qui a subi une intervention cette semaine a bénéficié d’une chemise ouverte dans le dos, mais oh! bonheur un slip à usage unique était présent dans le set de blouse! Voilà une riche idée mise en place par une clinique! Pourquoi les hôpitaux ne suivent ils pas cet exemple tout simple???

  1. Lu et approuvé ! Et j’ai signé la pétition en souvenir de ma première opération pour un tendon d’index, et j’ai découvert que pour une opération somme toute bénigne, je devais montrer mes fesses à tout le monde….

      • Bien sur que je serai d’accord de témoigner sur France 2, je suis moi même une personne opérée multi récidiviste, et j’ai créé une chemise pour malade "Vetizen". J’ai démarché les cliniques , les hôpitaux, les maisons de retraites, apparemment ce n’est pas leur problème .J’ai eu un peu plus d’écoute dans les centres de rééducations. Certain chefs de service ont commandé, mais doivent se battre pour que les aides soignants les utilisent, on ne change pas les habitudes si facilement……

      • MARRE !!!! Il y en a marre de tirez à hue et dia sur le dos du personnel !!!!
        Ce n’est pas le personnel qui ne veut pas de ces chemises mais bien l’etablissement qui ne changera aps son stock de chemise ainsi … surtout en cette periode de crise … et si en plus le prix demandé est exhorbitant
        Le personnel soignant a peut etre des défauts car pris la tete dans le guidon et essayant de faire au mieux surtout face à l’exigence des usagers qui se situe parfois à des frivolités ….
        Il y a des choses nettement plus importantes et là vous deviez les soutenir et vous joindre à eux pour le aider : ce serait plus intelligent

        Voilà ce qui s’est passé ces derniers temps chez moi :
        http://www.20minutes.fr/article/1007627/personnel-soignant-fait-mauvais-sang

        c’etait le coup de gueule d’une infirmière qui bosse depuis 1986 et adore son boulot ayant travaillé 18 ans en milieu hospitalier puis un certain nombre d’années en interim et depuis 2 ans et demi en centre médicalisé en gériatrie eet sais de quoi elle cause …..

      • je suis entré d’urgence a la salle pétrière pour un a v c je peux vous assurer que ma tenue que je n’aie pas vu étant inconscient , ils m’ont sauvés la vie n’est ce pas l’essentiel ? et 2 jours après j’ai récidivé donc cette chemise à été découpée pour des soins , on m’en a remis une car hémiplégique j’avais besoin d’aide pour la toilette et faire mes besoins , de plus quand vous êtes branché de partout cette chemise est bien mieux ,
        Donc arrêtons de râler , il y a des choses bien plus embêtante et puis cette chemise quand vous êtes aux urgences c’est du provisoire je peux vous dire que dès que cela a été possible mon épouse m’a amené de quoi me vêtir , de plus médecins et personnel irréprochable .

  2. Ping : Et mon cul, c’est du poulet. | Juste après dresseuse d'ours

  3. Bonjour,

    Je ne sais pas si c’est vous qui avez publié votre billet sur Alterinfo (site conspirationniste), toujours est-il que j’y ai relevé une petite différence qui est lourde de signification.

    Sur Alterinfo, l’article commence ainsi :

    ”pour ceux qui instrumentalisent les agissements de certains musulmans dans les hôpitaux”

    http://www.alterinfo.net/Pour-des-chemises-d-hopital-respectant-la-pudeur-et-la-dignite-des-patients_a79693.html

    Sur ce site qui propose au moins 20% d\’articles en rapport avec le prosélytisme musulman, votre texte ne devient pas moins qu’un appel sournois à ”hallaliser” les hôpitaux publics Français.
    Si ce n’est pas vous qui avez posté sur alterinfo, je vous conseille de contacter le site car pour reprendre un mot de la phrase polémique, le plagieur aurait instrumentalisé votre travail.

    Si c’est vous, j’aimerai bien obtenir des explications, car derrière la pudeur ;) du mot ”agissements” se cache de très graves agressions physiques contre le personnel hospitalier….

    Merci

      • Pas de soucis

        Faites vite car votre texte figure avec des articles déments sur "la vaccination : plan des illuminatii" par exemple :)

        Il y a aussi sur alterinfo d’autres productions nettement moins drôles en revanche….

      • ben je leur ai écrit (un peu énervée) pour qu’ils retirent l’article… mais vu qu’ils ne m’ont pas prévenue, et encore moins demandé mon autorisation, je suis un peu inquiète sur l’issue de ma demande. A suivre.

  4. Je suis assez étonnée de ce billet car ma mère est actuellement hospitalisée dans un service de gériatrie (CHU service public) et elle porte ses propres vêtements, tout comme les personnes que je vois c’est-à-dire celles qui sont assez en forme pour aller dans le couloir.

    Il se peut que les personnes alitées aient cette chemise que vous décrivez, mais seules les soignants les voient.

    De même, quand il y a des examens, des transports en brancard les malades sont toujours recouverts d’un drap et traités avec des égards.

    On va dire que j’ai peut-être beaucoup de chance mais je ne vis pas du tout ce que vous décrivez, et heureusement. En une semaine, je n’ai jamais vu aucun manque d’égard ou une atteinte à la dignité des patients.

    Cela laisse supposer qu’il y a donc des services qui ont pris conscience de cette question.

    • Précision importante, vous avez raison!
      Cette chemise ouverte dans le dos n’est pas le seul modèle disponible, ça dépend des services et des hôpitaux, et on peut aussi porter ses propres vêtements. Heureusement. Enfin si on n’a pas de perfusions/drains/sondes empêchant de porter ses propres vêtements. Et si on a des vêtements propres à se mettre, c’est à dire si on a pu prévoir une valise, ou si on a la visite de sa famille pour amener des vêtements de rechange. Et si on arrive à mettre soi-même ses vêtements, ou si le personnel est en nombre suffisant et assez disponible pour aider à l’habillage.
      J’espère vraiment que les histoires que j’entends au sujet de ces affreuses blouses ouvertes dans le dos sont de moins en moins le reflet de la réalité. Mais au CHU près de chez moi, elles sont encore très (trop) présentes. Au CH d’un peu plus loin aussi. Alors je reste un peu énervée par le sujet ;-)
      Contente en tout cas que votre mère soit prise en charge dans un service qui se préoccupe de la pudeur de ses patients.

    • bonjour,

      c’est tout à fait ça. je suis aide soignate en gériatrie et le spersonnes ayant de la famille ou des relations arrivent le plus souvent avec leur propres vêtements que nous leur faisons porter, bien heureusement.

      ceci reste toutefois une minorité malheureusement et les patients seuls et souvent déments portent ces fameuses kasac qui nous sont bien utiles pour tout ce qui est soins de nursing et cela leur évite de se ballader nu lorsque se sont des patients déambulant.

    • Oui, je pense que vous avez de la chance de ne pas avoir vécu de telles situations. Ma Maman a été hospitalisée de nombreuses fois à l’hôpital d’Avignon, et je peux témoigner d’un manque évident à la dignité des personnes âgées. Notamment avec cette fameuse blouse ouverte derrière….. Un exemple : lors d’une séance de kiné, le praticien n’a pas hésité à lui faire faire quelques pas dans le couloir, elle était affublée de cette blouse, ouverte complètement dans le dos, laissant voir son dos et sa couche mal attachée….., c’était révoltant et déchirant, je l’ai vite faite revenir dans sa chambre.
      Sans compter les propos infantilisants, les menaces, les paroles méchantes, un ton souvent péremptoire et méprisant ! je l’ai vu et je m’en suis plainte souvent auprès des chefs de service. Rien ne semble vouloir changer…. hélas !

      • AH permettez moi de vous dire , que bien souvent à l’hopital les personnes âgées sont peu intéressantes et leurs dignités n’en parlons même po ! Je suis Aide Soignante j ai travaillé près de 9 ans en maison de retraite privée et je n’ose même po décrire comment sont revenues mes patients de l’hopital. J’avoue que personnellement j’ai trouver pratique ce que moi j’appelle des capots mais uniquement pour les personnes allités car cela évite de leurs faire faire des tas de manipulations qui souvent sont déplaisantes et niveau pudeur ce n’est pas génant pr les personnes alités.

  5. Il suffit d’en demander deux, une devant et une
    Derrière et le tour est joué. J’ai Beaucoup été opérée dans ma Vie et on m’a toujours proposé deux blouses.
    Et je n’ai jamais vu de fesses dans le couloir ;)

  6. Ah la blouse d’hôpital…. J’ai connu un CHU à l’étranger où ils proposaient la robe de chambre d’hôpital (toile qui gratte bleu roi assorti aux motifs de la blouse ;-)) ça permettait de limiter les dégâts… Moi je me suis toujours bagarrée pour garder ma culotte jusqu’à la dernière minute (quand on vous dit que vous allez être opérée dans la matinée soit entre 7h et 14h, moi je reste pas cul nul, surtout s’il fait -10 dehors et que les fenêtres datent de 1960…) quitte à me faire engueuler (pas pratique à enlever à jeun et déjà sous dormicum quand on n ‘a pas l’habitude de prendre des trucs pour dormir ;-))… mais ce que j’ai aussi remarqué c’est l’impudeur de certains patients qui sous prétexte qu’ils sont à l’hosto oublient toute pudeur… J’étais dans une chambre à 7 (oui ça existe), et autant la grand’mère de 97 ans avait une dignité exemplaire, autant celle de 60 ans nous a fait profité de ses fesses tout le séjour (alors même que les infirmières lui proposaient culotte, robe de chambre etc….)…. De mon côté j’avais préparé des vêtements civils dans ma table de nuit que j’ai enfilé dès que j’étais assez réveillée pour le faire, en restant dans mon lit….

  7. Ping : Bloguer ou ne pas bloguer » Fournir des sources et des liens

  8. Je signe ! Hospitalisée une journée la semaine dernière, j’ai bien remarqué que le personnel hospitalier prenait grand soin de maintenir des draps relevés tout autour des patients lors des transferts lit-brancard et inversement, mais je me sentais quand-même très mal à l’aise dans ma chemise d’hôpital.

  9. Je viens de chez Olivier SC.. Bien dit, bien écrit. Et depuis longtemps je ne supporte pas ce fait, et parfois certaines paroles… Bon, mais récemment, ayant dû passer une série de radio, j’ai eu l’agréable surprise d’avoir à endosser une blouse "intissée" bleu marine pour faire une radio des hanches et des genoux. Alors qu’avant, il fallait se trimbaler dans la salle de radio en culotte et sans soustif (puisque femme)… même si ces dames ont en vu d’autre, il n’est pas utile d’ajouter à l’inquiétude de l’examen, la gêne de montrer son corps à des inconnus… Je vais aller signer !

    • Radio Scanner Irm jolie blouse ke j adore mettre à l’envers pr pouvoir bien l attacher , mais le coter bleu foncé sa va mais la transparence c plutot limite !

  10. J’ai signé! Hospitalisée 3 fois l’an passé, la blouse et moi, nous nous connaissons bien maintenant! Le pire c’était en novembre, 4 jours enfermée, avec la blouse merdique et une culotte. J’ai cassé les co***les à tout le monde parce que j’avais ramené mes propres culottes et qu’il était hors de question que je porte l’unique (oui un culotte pour 4 jours) culotte de grand mère unisexe. Nanméoh! Ce séjour, c’était aussi 4 jours sans soutif. Limite, j’ai du bol, je suis encore à peu près jeune et ils tiennent encore comme il faut. Mais je suis certaine que toutes n’ont pas cette chance et que pour leur confort (pour le dos notamment) un soutif est nécessaire…
    J’y retourne pour une nuit, faut pas qui compte sur moi pour remettre leur uniforme à 2 balles, je prends mon pyjama.
    Sinon, histoire de rendre mon commentaire constructif, je pense que dans certains cas, la blouse pourrait se coupler avec un pantalon comme celui qu’à le personnel soignant. Sans être magnifique, coloré et tout ça, juste un futal ce serait nickel!

  11. pour anecdote j’ai moi aussi vecu ce moment humiliant dont je me souviens encore 6 ans plus tard;
    pour un retrait des 4 dents de sagesse sous anesthésie generale,je me suis retrouvée allongée sur un brancard moitié gazée par le tranquilisant(donné une heure auparavant sans que l’on me dise que s’en etait un(une copine infirmière me l’a appris plus tard)) et la gravité faisant son travail: les seins à l’air.
    j’etait dans un couloir en attente de rentrer en salle d’operation et j’ai encore souvenir avoir vu passer nombre de soignants et opérés qui sont passer à coté de moi avant qu’une infirmière ne me vienne en aide…

    • Excusez moi mais j’appelle ca des personnes blaser ou aigris par leurs métiers. Je suis Aide Soignante de vocation j’ai toujours eu du mal à croire que certains pouvait être aigris , mais je l’ai malheureusement vu de mes propres yeux et personnellement sa m’a mis en rogne !

  12. une blouse … pourquoi ? … vous aimez pas avoir les fesses en l’air, ça fait du bien non? de plus c’est la mode maintenant, avec toutes ces pubs qu’on voit à la télé ou dans la rue , alors en quoi ça vous gênerait d’avoir les fesses nues .. considérez que vous êtes dans un camp de naturistes … et plus aucun souci , c’est dans la tête que ça se passe :D

  13. Merci pour ce post et cette pétition.

    Hospitalisée il y a 3 semaines, ma blouse n’avait pas de boutons pression, mais des petits liens : 3 d’un côté, 2 de l’autre, et aucun plus bas que ma chute de reins. Et interdiction de porter des sous-vêtements !…
    Pour couronner le tout, l’infirmière a sorti mon bras de la manche avant de mettre le cathéter, allez savoir pourquoi ! Impossible de ré-enfiler la manche pendant les 24h suivantes.
    Résultat : le nombre de liens n’avait plus aucune importance, j’ai juste essayé d’attacher tout ce que je pouvais ensemble afin d’éviter de montrer le derrière ET le devant !

    Autre point délicat sur l’intimité : la chambre partagée.
    Chaque fois que les infirmières ou le médecin sont passés, on a fait sortir mon chéri, mais en revanche, ma voisine a pu voir tout ce qu’il y avait à voir quand on lève la blouse et le drap, et entendre l’intégralité des discussions.
    * première remarque : j’étais hospitalisée pour un problème de fertilité. Donc si mon chéri ne m’a jamais vue toute nue, vous pouvez arrêter la chirurgie, on a trouvé la cause du problème !
    * deuxième remarque : je suis peut-être "coincée", mais j’étais très gênée de demander au médecin des choses comme "à partir de quand pourra-t-on reprendre les relations sexuelles ?" alors que je sentais dans mon dos le regard de ma voisine qui devait avoir tout juste 18 ans. Ce manque d’intimité a failli m’empêcher de poser certaines questions, c’est quand même aberrant !

    L’avantage pour l’hôpital, c’est que la prochaine fois qu’on me demande si je veux une chambre individuelle, peu importe le dépassement, je leur réponds "oui" et je signe un chèque en blanc. C’est peut-être ça l’objectif, au fond…

    • Et on parle de dignité et de respect de la personne ! Et on ose avoir une charte du patient !! Et bé ! Je vous rassure quand même ce n’est pas partout pareil, il ne faut pas mettre tous les soignants infirmiers médecins dans le même panier quand même! :p

  14. Bonjour,
    Je ne suis pas médecin. Je pense être dans la catégorie des patiente «un jour avec» qui ne demande pas un coup de baguette magique, qui accepte le retard avec le sourire parcequ’ il y avait plus malade que moi quand même… Et pourtant, mon estime des médecins est variables… Mais aujourd’hui est un jour avec. J’ai vu une super

  15. (désolée erreur de frappe! Suite donc…)
    J’ai vu une super médecin remplaçante qui a pris le temps de voir mon fils et de me rassurer et je tombe sur ce blog incroyable : les médecins sont des personnes normales??!!! Je remonte dans le temps tous vos billets et je voudrais mettre farfadoc sur ma déclaration de médecin traitant tellement je suis bluffée.

  16. Bravo !..Un peu de pudeur et de respect ne ferait pas de mal dans le milieu médical et hospitalier…Moi je trouve qu’on devrait pouvoir ramener ses fringues personnelles passées dans un sevice de blanchisserie spécialisée ..On pourrait aussi avoir des modèles en papier différents selon les morphologies …Oui…une vraie collection de fringues en papier jetables..

  17. Je relisais des notes que j’avais prise lors d’un précédent passage à l’hopital. "Je déteste rentrer dans un hopital parce qu’instantanément je me transforme en enfant, ma pudeur n’est plus qu’un vague souvenir et ce n’est que sortie de la machine que je me demande comment j’ai pu supporter d’être à poil la moitié du temps. J’ai l’impression de ne plus exister, d’être quelqu’un d’autre, de voir de l’extérieur"

    Ouf, apparemment c’est tout ce qu’il y a de plus normal. Merci pour ce post, on en oubliait presque que non, ce n’est pas normal d’être nu devant un tiers.

  18. Opération des dents de sagesse….DES DENTS ! Je n’y ai pas échappé. Alors je m’en vais signer, si ça peut faire changer les choses.

  19. Ping : Cul à l'air - Quand les patients râlent, l'hôpital trinque

  20. Heureusement qu’on voit de moins en moins ce genre de "cas" justement… Certes ce genre de chemise peut se revéler contre la dignité et la pudeur mais je pense qu’en parler dans le sens "général" à travers l’hôpital en France est un peu gros… Faudrait chercher à savoir combien il y véritablement en France de "cul à l’air" et le nombre d’hôpitaux où cela se produit…

    Un autre article : http://www.idz.fr/?p=335

    • Remarque intéressante.
      Je suis assez preneuse d’un tour d’horizon, pour savoir si c’est ma vision qui est biaisée par les établissements hospitaliers autour de chez moi (et ceux où travaillent plusieurs professionnels de santé croisés ici ou là).
      Je ne suis pas spécialiste en santé publique, encore moins en gestion d’établissements hospitaliers. Bien sûr, le problème de l’accès aux soins ou de la qualité des soins est bien plus important que cette histoire de chemises. Mais c’est un élément. Qui joue sur le bien-être et la satisfaction des patients. Si on peut y changer quelque chose, même si ce n’est pas un problème majeur, je trouve que ça n’est pas perdu.

      • Merci pour la remarque, j’ai pu lire certains articles à droite à gauche (surtout repris par la presse qui je trouve font plus un article pour avoir du contenu que de comprendre véritablement ce qu’il y a derrière) et je pense refaire un article reprenant ce que j’ai déjà écrit, ce que jai lu et les commentaires que j’ai pu lire ainsi que ce que j’ai pu en parler avec mes collègues et les médecins travaillant avec moi.
        Si vous me l’autorisez, je reprend également votre questionnaire (https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?formkey=dDRKOUxBU1lfY0dVUzAwdENMUHpHQmc6MQ) qui est une bonne idée :)
        Merci

    • Bonjour,
      j’ai eu la malchance de faire quelques stages en cliniques les 4 derniéres années, une seule fournissait une blouse avec une culotte… toutes les autres, pourtant dans des secteurs dit "chics" que néni… uniquement la blouse…. même dans tous les cas fermée au cou et une ficelle ceinture….
      Oui, je suis un homme et on sait bien que les hommes ont plus tendance a etre exibitioniste, mais, la, à chaque fois je me suis senti humilié, rabaissé… et j’en passe des mieux encore…..

      J’ai signé cette pétition avec empressement et je la fait circuler à toutes les personnes de mon entourage.

  21. La technique sage-femme en sage d’accouchement, pour parer à l’insuffisante couvrance des blouses, est de proposer systématiquement une grande alèze à enrouler en paréo autour de la taille

  22. Ping : Les petits ruisseaux … | Journal de bord d'une jeune médecin généraliste de Seine-Saint-Denis

  23. C’est super de pouvoir exprimer son mécontentement sur ce sujet, et c’est justifié. Mais c’est absurde de devoir passer par twitter, facebook ou autre pour le faire. Je ne signe donc pas

  24. un kimono large à la japonaise avec liens sur le côté, ou bien un boubou ample à l’africaine, ça serait tellement mieux …

    • oui pourquoi pas?un kimono!la blouse du malade est insupportable et franchement aucun respect pour le malade!on est pas des animaux?alors enlevez nous cet horreur et donnez aux malades de la nourriture apte et mangeable!!!!quelque chose qui nous redonne des forces pas ces soupes sans gout qui nous affaiblit encore plus!!!!!merci

  25. Ping : Pétition contre les blouses d’hôpital «impudiques»

  26. Couleur fadasse, souvent blanche à petits motifs bleus, délavée par des centaines de lavages.

    > on s’en fout c’est pas un salon de beauté ou un défilé de mode !

    Option 1 : on montre ses fesses à son voisin de chambre et à tous ceux qu’on peut croiser dans le couloir en allant demander un renseignement à la salle de soin, remplir sa carafe d’eau ou juste se dégourdir les jambes.
    Option 2 : on se contorsionne pour tenir d’une main le bas de sa blouse au niveau des fesses quand on se déplace.

    > on demande de se faire apporter ou on apporte sa robe de chambre c’est très pratique, essayez.

    Je suis consciente du fait qu’il y a d’autres problèmes, probablement plus importants, à gérer concernant notre système de santé. L’accès aux soins, les infections nosocomiales, les conditions de travail des soignants, les problèmes de licenciement et de non renouvellement du personnel en milieu hospitalier, la participation des patients aux décisions les concernant, le naufrage de l’assurance maladie

    > remarque intéressante, c’est bien de s’en être rendu compte !

    Signez la pétition, diffusez le lien, et si vous êtes hospitalisé, pensez à le signaler dans le questionnaire de satisfaction à la sortie. La première étape, c’est d’arrêter de considérer que c’est normal.

    > je vais singer car une évolution ne fait pas de mal mais sinon c’est normal, je préfère être vivant, soigné et en bonne santé avec les fesses à l’air que mort dans un 3 pièces !

    • Ah vous n’avez pas tord au contraire ! On va à l’hopital pour être soigner et pour rester en vie ! On oublie bien souvent que medecin infirmier soignant sont tous là pour une chose le soin et vous guérir ou vous traitez au mieux afin de continuer son bout de chemin tranquille!

  27. Faisant partie de la profession dans un petit CH de campagne, votre article m’a fait sourire.
    Et dans le fond, vous n’avez pas tort. Mais pardonnez-moi de voir cela comme un détail au milieu de la mer agitée des CH.
    La plupart du temps, comme signalé plus haut, seul les soignants ont accès à cette intimité. En effet, chez nous…le patient qui porte cette chemise est alité. Il existe d’autres vêtements hospitaliers pour les patients qui peuvent se mouvoir tout en restant dans le service, ces derniers ne nécessitants pas forcements les mêmes soins ; je ne me souviens pas avoir vu un patient se promenant avec un pied à perf dans une main et une sonde urinaire dans l’autre, vêtu d’une chemise ouverte dans les couloirs de l’hôpital pour aller fumer sa cigarette, bien que …
    Enfin bref, si le personnel hospitalier, en nombre suffisant, bien formé et reposé…fait correctement son travail, il n’y a pas de raison que cela arrive, du brancardier au médecin de service, tout le monde est au fait des protocoles, et du respect de l’intimité des personnes malades.
    Il y a tellement d’autres problèmes, bien plus important à mon sens, à régler dans les CH.

  28. J’ai décidé de porter cette blouse devant-derrière: elle devient beaucoup plus seyante !!!

    Blague à part, ce ne sont pas des blouses à porter hors de sa chambre si l’on est prude. Mais cela ne me paraît pas un problème majeur et je trouve cette pétition assez dérisoire, comme cela a déjà été dit.
    Le principal me paraît être que le vêtement permette d’assurer les soins et la toilette le plus confortablement possible pour le malade et le personnel. C’est du moins ce que j’attends de l’hôpital ou de la clinique.
    Peut-être une solution de bricoleur: un petit bout de sparadrap pour réunir les pans qui ont tendance à s’ouvrir ou un lien supplémentaire ou un bout de scratch.

    • c’est justement ce genre de solutions de bricoleur que les soignants se retrouvent à mettre en oeuvre dans les services. C’est sympa le bricolage, j’aime bien ça, mais je trouve dommage qu’il faille en passer par là pour rendre les chemises des patients portables ;-)

      • Alors pourquoi en faire une ridicule pétition …
        A l’origine, tout le matériel de confort mis à disposition du confort des patients n’a ete que du bricolage et de la réflexion des soignants …
        Casaque ou chemise d’hopital, "canard" ou verre avec bec pour aider à doire un peu d’eau sans passer forcement par une perfusion qui est un geste invasif, coussin ou boudin pour maintenir une bonne position au lit comme au fauteuil … et j’en passe !
        Et maintenant, tout ceci est par des lobby comme etant leur propre création ..se paie tres cher pour une question de rentabilité dont l’argumentation est : la sécu paie …

        Mettez donc votre énergie au service d’autres combats plus constructifs .

  29. Ping : Stop aux blouses « fesses nues » des hôpitaux at QuinteEssence

  30. Ping : Elle dit «non» aux blouses d’hôpital «impudiques»

  31. en fait c’est fait pour prodiguer des soins en urgence c’est ce qu’il y a de plus simple à retirer: on vous pose sur la table sur le cote, on detache et retire la blouse, vous êtes nu est aseptisé de tissu potentiellement contaminé par vos balades dans l’établissement. D’ailleurs pour vous balader justement, Dessous il est conseiller d’avoir un slip, une couche… pas de strig, tanga , etc… pareil si vous finissez d’urgence sur une table on vous coupe vos habits personnel. Enfin, quand vous recevez votre moitier vous pouver tenter la position par derriere.. ;-)

  32. Mille merci Dr Farfadoc ! Que ce soit un médecin qui se lance pour changer cet état de choses me réjouit vraiment. Comme la vieille dame dont parle votre collègue kiné, on est souvent obligé de jouer l’indifférence. Mais je peux vous dire que depuis mon premier séjour à l’hôpital à l’âge de 10 ans (j’en ai 60 et plusieurs autres interventions), je me suis toujours sentie humiliée par ces chemises ridicules qu’on croirait faites exprès pour qu’on se sente encore plus vulnérable, en plus de la maladie, de la souffrance, de la peur parfois, de la superbe hauteur des mandarins… Je me suis permis de relayer votre article et l’adresse de la pétition sur Facebook. Si on ne peut pas changer cette toute petite chose, comment changerons-nous des choses plus importantes encore ?

  33. J’ai eu cette expérience qui m’a profondément humiliée: c’était pour moi tellement inimaginable que je l’avais enfilée, ouverte devant pour pouvoir la maintenir!!Merci mille fois de soulever ce problème

  34. Merci à tous pour vos encouragements, vos témoignages, vos commentaires.

    Je tiens à partager avec vous ce mail reçu aujourd’hui de Marisol Touraine, ministre de la santé, qui m’écrit :

    "Le billet du journal Le Monde daté du 10 août (« Non aux blouses d’hôpital qui laissent voir les fesses ! »), ainsi que la pétition en ligne que vous avez initiée, ont attiré mon attention sur le problème lié aux blouses d’hôpital. Une autre blogueuse, Leya_MK, jeune kinésithérapeute, a, elle aussi, publié un article sur son blog à ce sujet.

    Si cette question est perçue comme secondaire par certains, elle ne l’est pas à mes yeux. Les situations très concrètes évoquées sur vos blogs décrivent parfaitement la gêne, pouvant parfois aller jusqu’à l’humiliation, qui peut être celle des patients, âgés ou non, dans de telles circonstances. Il y va tout simplement de la dignité de la personne.

    La pétition que vous avez lancée m’étant adressée, je veux vous dire que j’ai saisi les services du ministère, afin qu’ils me fassent des propositions au retour des congés d’été. Je partage le sentiment qui est le vôtre, à savoir que l’intimité de la personne doit être respectée dans l’ensemble du processus de soins, sans toutefois que ce respect ne perturbe la pratique des personnels soignants.

    Marisol Touraine"

    Même si les applications pratiques ne sont pas encore là, c’est déjà très encourageant de voir que le message est entendu!

    • Bonjour Mme TOURAINE
      Pourquoi ne pas contacter l"IFSI d"Annemasse dans le 74 qui a reçu un prix et déposer un brevet pour une nouvelle chemise d’hopital plus pudique et plus pratique pour les soins

  35. http://blogs.mediapart.fr/blog/leon-et-paulette/080812/ma-blouse-dhopital-fendue-derriere?onglet=commentaires#comment-2407230

    ma blouse d’hôpital fendue derrière
    08 Août 2012 Par LEON et PAULETTE

    L’autre soir, au moment du coucher, Paulette se présenta dans la chambre avec une nuisette fendue derrière.
    On voyait tout du sol au plafond, du Mont Valérien aux steppes de l’Asie Centrale.

    « Dis-donc Paulette, tu te crois à l’hôpital public ? » je lui décoche.

  36. Je sors de l’hosto aujourd’hui même, pas de blouse à boutons mais une blouse en tissu bleu jetable qui se noue dans le dos avec une ficelle mais effectivement trop petite (surtout la ficelle) et en particulier pour moi (1,76kg et 105kg) idem pour le caleçon en tissu plutôt bien aéré que microaéré… mais bon je n’ai pas trop fait de va et viens non plus… de toute façon question fesses j’avais un KFC donc… (si c’est l’heure de manger de regardez pas sur google…)

  37. Je suis désolé, mais je ne peux pas me retenir de revenir sur le sujet.
    Je rentre de mon service, aux urgences, il manquait ce soir deux infirmières et une aide soignante, elles ne seront pas remplacées, l’hôpital n’a plus les moyens de remplacer à tour de bras. Le cumul des heures chez les soignants..? on essaie de limiter la casse là aussi.
    Ce soir, le service est bondé, je n’ai pas pu manger ou me poser en 12 heures de temps, comme beaucoup de mes collègues, mais chez nous on ne va pas se plaindre ou faire grève pour ça, on fait avec !!
    Et puis, comme si cela n’était pas suffisant, une petite agression, de rien du tout..juste une gifle pris par une infirmière IAO parce que le monsieur avec une entorse attendait depuis plus d’une heure pour avoir sa radio.
    C’est notre lot de chaque journée, de chaque nuit, et nous sommes toujours là, à soigner, secourir, réanimer, apaiser et réconforter les gens.
    Notre dignité à nous est de ne rien dire quand on se fait insulter, cracher dessus et taper.

    Cette blouse nous fais gagner du temps pour poser/changer une protection, pour poser une perf, pour habiller et déshabiller une personne, pour des faire des examens : electro, ECBU, etc…

    Sérieusement … On peut toujours améliorer des petits détails c’est un fait, et l’élu qui vous répond aura sans doute plus de facilité à résoudre celui ci plutôt que de s’attaquer aux problèmes sérieux que l’on rencontre dans les hôpitaux français.

    Je suis dépité devant tant d’aveuglement de la part de nos élus qui n’ont pas les moyens et encore moins le courage de nous aider à VOUS soigner dans de meilleur conditions.

    Salutations.

    • juste merci …
      malheureusement je ne crois pas que l’on va sauver nos hôpitaux, le superflus c’est toujours plus facile à traiter que les vrais problèmes de fonds …

      une aide soignante qui comprend exactement ce que vous voulez dire!

    • Madame,
      Vous semblez épuisée et même à bout de nerfs et votre témoignage est poignant. Cependant nous ne pouvons fermer les yeux sur certaines souffrances au prétexte qu’il en existe d’autres jugées plus importantes. Alors pourquoi protéger les baleines alors que des humains meurent de faim, de maladie, que des enfants vivent dans la rue? On ne peut et on ne doit pas agir
      ainsi. Chaque problème a son importance et il convient de s’y intéresser. Celui du manque de personnel dans les hôpitaux de même que vos conditions de travail de même que la dignité de vos patients. Nous sommes tous égaux en droits. Ne l’oublions pas ou nous risquons fort de perdre notre humanité!

      • Cher Corsica2A
        Je suis moi aussi professionnelle de santé Pierre et Pallas et tant d’autres et je tiendrais le même discours qu’eux car c’est notre quotidien …

        Si pour vous voir un "Cul Nus" dans un couloir parce que ce cul nu justement estime que l’hopital, la clinique ou un autre etablissement de santé se doit de fournir du matériel … est une souffrance venez faire un petit stage dans ces service pour vous rendre compte de la difficulté que les professionnels de santé ont a excercer leur métier dans de bonnes conditions non pas leur pour confort personnel mais celui des gens qu’ils ont en charge …

        La revendication à la diginté passe à tous les niveaux c’est uen question de respect mutuel …

        J’aurai juste une question à vous poser ?
        Pourquoi ne pas embraser cette profession qui vous semble si facile et si criticable … Il manque justement un nombre effroyable de personnel

        Bon certe, "torcher des "Culs nus" a longueur de journée pendant 12h d’affile avec une pause de 30 minutes parfois 1H dans les etablissement à echelle humaine, sans s’assoir 5 minutes car cela fait désordre à vos yeux suspicieux ni uriner de la journée car le temps de réponse à une sonnette est chronométrer par le patient, la famille et l’institution … le tout semaine et WE avec parfois un seul jour de repos à consacrer à sa famille pour un salaire ne s’elevant pas au SMIC pour les catégories aides soignantes dans la majorité des etablissements … il faut en vouloir et adorer ce que l’on fait mais surtout vouloir le faire correctement et DIGNEMENT

        Mais, je vous rassure j’adore ce que je fais car à travers toutes ces petites misères futiles je reçois une tonne de richesse HUMAINE grâce au sourire de la personne dont je me suis occupée me remerciant de mettre occupé d’elle et d’avoir subvenu a ses besoins quotidiens qu’elle ne peut réaliser elle même …

  38. bonjour,

    je suis aide soignante en service de gériatrie, donc grande consommatrice de ces blouses qui sont, je l’accorde très informe, ne se boutonnant plus toujours et "malade" au possible.

    et pourtant je suis contente lorsque je débute mon service et que je découvre qu’il nous en reste une ou deux … et savez-vous pourquoi?
    tout simplement parceque ces personnes sont très souvent seules et arrivent chez nous sans aucune affaires, même pas une paire de chausson!!

    serait-il préfèrable de les laisser en tenue d’Eve dans ce cas? ou bien vaut-il mieux dans ce cas mettre cette fameuse blouse aussi moche (mais bien utile) soit-elle?

    d’autres patients qui ont de la famille se retrouvent tout de même avec cette blose (kasac!) … et savez-vous pourquoi?
    Tout simplement parceque leur famille en ont assez de devoir ramener des vêtements souillés d’urines, de selles chez elles pour devoir les laver et préfère que se soit ces fameuses blouses qui soient souillées et lavées par l’hôpital …

    il y a du bon et du moins bon, comme dans tout.

    occupons nous déjà d’avoir du personnel pour s’occuper de nos patients, il est la le plus important

    Une Aide soignante souvent épuisé!

  39. Merci farfadoc! Pétition signée comme il se doit. Il est regrettable que certaines personnes faisant partie du personnel soignant se sentent attaquées ou critiquées voire lésées. En tant que patients en souffrance nous avons tous le droit de faire savoir ce qui nous est pénible et nous semble parfois inutile. Certes ces blouses peuvent présenter des avantages pour les soins, mais est-ce si terrible de demander à ce que l’on préserve notre intimité, notre dignité? Il n’y a malheureusement pas qu’une priorité à gérer mais tout ce qui permettra aux patients de ne pas se sentir plus mal facilitera certainement aussi le travail des soignants!

  40. Bravo pour cette initiative!
    Ce rappel à l’ordre ne devrait pas être nécessaire et pourtant il l’est!
    Soignante depuis 35 ans, notre approche du patient se fait désormais dans la précipitation et ces chemises en sont des témoins visibles:vite mises et vite enlevées sans se préoccuper de la dignité du patient…Un cauchemar, le jour où vous à votre tour vous êtes confrontées aux pratiques hospitalières mais de l’autre côté de la barrière…Les remises en cause sont toujours bonnes à prendre!

  41. Je reste perplexe ! Vous êtes vraiment médecin ? il me semblait que les médecins de famille travaillaient énomément…

    Et vous avez en plus le temps de tenir un blog !!!

  42. Pour avoir porté ce seyant vêtement… Ma réflexion est que ce n’est pas tant le vêtement que le comportement personnel hospitalier qui permet ou non de conserver cette fameuse dignité.
    Dans le même établissement les infirmières me proposaient une deuxième blouse pour rester décent, pas très pratique, mais gentille attention cependant alors que dans le même temps le chirurgien m’arrachait ce vêtement sans aucune attention pour ma pudeur pour sa visite matinale en compagnie de toute l’équipe…

  43. Sceptique… Eh oui, je le suis. COMMENT un généraliste (digne de ce nom) peut passer son temps à "blogger" ? Personnellement, mon médecin de famille ne passe pas ses journées sur un blog… Comme je l’ai dit précédemment, il travaille énormément et n’a pas de temps disponible pour surfer sur la toile…

    • Mais oui, vous avez bien raison MmeRetraitéeSceptique, qu’on est bêtes aussi. Restons tous le nez dans le guidon sans nous embêter avec des détails, comme la dignité des personnes hospitalisées, malades, âgées ou vulnérables. C’est bien connu que c’est comme ça que les choses avanceront et qu’on vivra tous dans un monde merveilleux de respect réciproque. Votre commentaire transpire tant la bonté, qu’on va arrêter de lires les autres, tiens, vu que tout va bien. Pfffff

  44. ON N A VRAIMENT DU TEMPS A PERDRE ET SURTOUT DE L ARGENT. PAYEZ DÉJÀ VOTRE PERSONNEL LES HEURES SUP QUE VOUS LEUR DEVEZ + LES RTT EN SOUFFRANCE A MOINS QUE LES CHIRURGIENS LES PAYE AVEC LEURS DÉPASSEMENT D HONORAIRES QUI VA PAYER ENCORE ? SUREMENT PAS MOI J ARRIVE MÊME PAS A ME SOIGNER, ON ME DEMANDE DE FAIRE DES ECONOMIES POUR LA SECU ,ON REMBOURSE DÉJÀ LES CONNERIES DE PROTESTES MAMMAIRES , DE PRENDRE DES GÉNÉRIQUES ,QUELLE FOUTAISE ET ON ME PARLE DE CHEMISES TROP COURTES AU BOUT D UN MOMENT ÇA SUFFIT

    • Daniel,

      Oups! on respire, on inspire (etc)
      cool quoi !
      je bosse dans ce milieu (public) et certaines heures sup sont payées (les gardes) et d’autres récupérées. l’argent n’est pas toujours le moteur de tout. Par contre tu as certainement raison au niveau de la médecine à 2 vitesses (et bientôt 3 : car il y a pour l’instant la CMU et la SS, mais les mutuelles vont faire une bonne part du marché de la santé avec le dépassement d’honoraire)
      Les génériques il faut y aller à fond car les labo font de bons profits. Exemple : un pied à coulisse médical vaut au environ de 100euros alors que chez n’importe quel vendeur de ce type de matériel, il en vaut 10 fois moins Et que l’on me dit pas que la matière est différente!!!! il suffit de la stériliser

  45. J’ai également été confronté a se problème , l’infirmière a insisté pour que j’enlève mon slip , alors que j’aller être opéré de l’œil , c’est dire comment on est considéré lorsqu ont est malade

  46. Il n’est pas question de supprimer ces chemises ouvertes à l’arrière sans se poser de questions.
    D’ailleurs la pétition n’est pas "contre" ces chemises, mais "pour" que d’autres modèles soient disponibles. En particulier pour les patients non alités.
    Je suis persuadée que l’immense majorité des soignants cherche à prendre soin des patients au mieux. L’idée est simplement d’avoir les moyens de le faire, sans avoir besoin de 2 chemises par patient (une devant et une derrière), sans avoir à bricoler avec du sparadrap à l’arrière de leur chemise. Et je ne pense pas qu’une chemise un peu plus longue, qui croise dans le dos ou qui s’ouvre comme ça (http://www.youtube.com/watch?v=ZqAjkfhvohM) pose tant de problèmes pour un patient qui peut se lever de son lit.
    Evidemment que ça ne suffit pas. Evidemment, il faudrait avant tout du temps pour les personnels des établissements hospitaliers : du temps pour travailler dans de bonnes conditions, pour se former, pour échanger en équipe, pour être remplacé si on est malade… et parfois pour aider un patient âgé à mettre ses propres vêtements (en dehors d’un contexte médical qui le contre-indiquerait).
    Du temps, de la reconnaissance, de meilleures conditions de travail, et là, l’hôpital commencerait à aller mieux.
    En attendant, je ne peux m’empêcher de me réjouir du petit-mini-pas qu’on peut faire ensemble, en parlant de ce petit-mini-sujet.
    Et j’espère que ce petit-mini-pas pourra être suivi de quelques autres, parce qu’on est bien d’accord, ce ne sont pas deux boutons en plus en bas des blouses qui vont régler tous les problèmes. Ça se saurait.

    • Sourire … En lisant certains commentaires : dans ce cas si votre but n’est pas de supprimer ces casaques … Apres tout pourquoi ne pas faire intervenir des stylistes pour reflechir sur des modèles plus seyants ? … Ils seront heureux j’en suis certaine !!! avec slip bien entendu …
      Un grand pas … pour ce mini sujet …

  47. Bonjour,

    Etant soignante, dans un service d’imagerie médicale, je peux vous dire que cette foutue chemise nous embête bien, rien qu’avec les pressions de fer !!! et il est vrai qu’elle n’est pas pratique surtout pour les patient (comment voulez vous fermer des pressions dans votre dos)
    les patients (et les familles) râlent pour la nourriture, mais aucune réflexion sur cette chemise lors des questionnaires de sortie. Alors quoi en penser ?????

  48. Ping : La gazette d'Hubert » Blog Archive » à propos de « Dignité, mes fesses ! »

  49. Ping : ALPHAGRAPHE » Blog Archive » à propos de « Dignité, mes fesses ! » (pétition)

  50. La chemise c’est une chose à quand le jour où on porra également respecter notre dignité en salle d’opèration car là aussi pas besoin d’être à poil si l’opèration ne se situe pas entre l e nombril et le haut de la cuisse. De plus qu’on est endormi et que chacun peut regarder tout ce qu’il veut sans nous en avertir . Porter une culotte serait la aussi la moindre des choses. Mais apparemment ca dérange personne sauf moi!!!!

  51. Si l’opération ne se situe pas entre le nombril et le haut de la cuisse là aussi pas besoin d’être à poil et ENDORMI en plus. la dignité serait de garder sa culotte. cela n’altère pas la qualité de l’opèration ni sa réussite.

    • J’ai souvenir d’une histoire arrivée dans un service d’ohptalmologie ou une personne etait descendue au bloc avec sa perruque camouflée sous une charlotte (petit bonnet en papier utilisé pour eviter tout simplement queles cheveux ne viennent se loger dans le site opératoire et entrainer une grosse infection) et au retour s’est étonnée de se retrouvée nue parce qu’un soignant ne s’etait pas apperçu qu’il l’enlevait avec la charlotte apres l’intervention au moment du retour dans le service …
      Et bien l’histoire de la culotte c’est la même chose … une anesthésie comporte des risques d’urgence car le pronostic vital est engagé qui peuvent necessiter la pose par exemple d’une sonde à demeure (petit tuyau allant jusque dans la vessie) et que cette culotte protégeant la dignité sera perdue et oubliée …
      Cela évite des procés bien inutile pour la perte d’une culotte petit bateau ….

      • Votr réponse c’est du n’importe quoi..votre histoire de proces pour petite culotte perdue je préfère pas relever.Il y a des tas d’intervention benine qui ne necessite en aucun cas la nudité du patient. On demande des blouses post-opératoire respectant la dignité du patient et bien en salle d’opération c’est tout ausi important et si l’on pense que les culottes des patients ne sont pas propres, il faut créer des culottes stériles pour les salles d’opération. De toute façon quand on sait que c’est dans les hopitaux que se baladent le plus grands nombres de microbes et de maladies (staphilocoque par exemple) je pense qu’il est temps d’arreter avec des speudos histoires de stérilité.

      • Dites moi M. kreal avez vous bien lu mon commentaire ?
        Je ne pense pas .
        Et si on demande a un patient d’être entièrement nu sous la chemise pré-op ce n’est pas pour embêter le monde non plus et surtout pas atteindre à la diginté du patient !
        Quand à fournir des culottes stériles .. mais bien sur !! Avez vous réfléchi au coût que cela entrainera ? Je vous rassure ce n’est pas absolument pas necessaire …

        Mais oui là vous avez raison les établissements médicalisés sont des endroits où profilère une mutitudes d’agents pathogènes en tout genre d’ailleurs ,)

  52. Je suis professionnel de santé et mon travail est surtout orienté vers la psychologie du corps. J’ai donc lu avec grand intérêt vos propos concernant le manque de pudeur vestimentaire dans les hôpitaux. J’ai lu aussi les commentaires très instructifs dans votre blog et celui de Leila_MK concernant son billet : «Dignité, mes fesses ! ». C’est tellement intéressant que j’ai transmis l’information dans les blocs suivants en y associant ma propre analyse illustrée d’un dessin humoristique (… regardons en effet malgré tout les choses avec humour) :
    http ://www.lagazettedhubert.com/ ?p= 4243
    http ://www.alphagraphe.com/?p= 318

  53. Je suis d’accord sur le fond en ce qui concerne l’aspect embarrassant de ces blouses, mais en matière de dignité, je pense qu’il y a bien pire et cela commence par les chambres à plusieurs patients. Un passage à l’hôpital est souvent assez humiliant et dégradant en soi. Peur, douleur, situations gênantes induites par la nudité et la nécessité d’accéder au corps, la chambre double (ou plus) est le summum lorsqu’il s’agit de s’afficher en état de grande faiblesse devant les visites incessantes du patient de chambrée. Pour moi la blouse est accessoire.

  54. Je viens de prendre connaissance de votre réflexion sur le droit à la dignité de chacun, surtout lorsque l on se trouve " diminue " car malade.
    C est bien le minimum que nous puissions exiger , lorsque nous nous retrouvons à attendre sur un brancard , en plein milieu d’un couloir d’ hôpital , où tout le monde passe à côté de vous, sans même détourner les yeux, au vu d’une nudité mal vécue, car non voulue!!!
    Donc blouse obligatoire

  55. Cher monsieur ou madame … car on ne voit pas votre identité sous le pseudo Farfadoc

    Vous désirez passer de l’ombre à la lumière avec un sujet aussi futile …

    Vous ètes vous demandez a l’origine pourquoi ces chemises avaient été crées par le personnel soignant ? Surtout à une époque où la diatribe hypocrite socialo-gouvernementale est de luttter contre la douleur avec des médecins qui en Août 2012 refusent d’utiliser la morphine car elle rend dépendant ?? Je peux en parler avec vous étant infirmière et devant me battre sans cesse aupres du corps médical pourque mes patients soient calmés surtout en fin de vie … mais ayant aussi ete de l’autre coté de la barrière il y a peu de temps (juin 2012) souffrant au point de songer à me jeter par la fenêtre et entendant un jeune interne me faire tout une leçon sur les effets nocif de la morphine et sa dépendance … Ces chemise dite casaques ont ete crééées pour des patients alités qu’il etait difficile a habiller et déshabiller et pouvant du au fait de leur position et le contact de tissus suppémentaires développer des escarres inutilement … d’ailleurs en gériatrie pour justement un sujet tout aussi hypocritement traité que la maltraitance on fait de même avec els vêtements de ville …

    Si vous voyez des "CULS NUS" dans les couloirs cher Farfadoc … c’est simplement parce que le commun des mortel toute classe et catégorie confondu estime que les etablissements de santé sont comme les hôtels et doivent tout fournir .

    Il me semble que des combats bien plus important surtout face à des Touraines et autres et vous même feraint mieux de se pencher sur des sujets nettement plus sérieux et importants

    Un petit exemple du quotidien des personnels de santé qui se sentent ontinuellement en danger mais font ce qu’ils peuvent pour limiter les dégâts et resteront eux toujours dans l’ombre essayant d’exercer une profession dans les meilleurs conditions que ce soit essentiellement pour le patient qu’ils ont en charge avec le peu de moyen mis a leur disposition dans un système où l’on doit à tout prix rentabiliser la santé pour gonfler l’escarcelle d’actionnaires ou de lobby tres gourmands

    http://blogs.mediapart.fr/blog/denis-garnier/120812/les-jeux-de-lombre-ne-sont-pas-termines

  56. une chose est certaine c’est qu’il faut reconnaitre le mérite des soignants , pour le reste a défaut on peut mettre ne serais ce qu’un drap en papier

  57. Cher Farfardoc cela est bien beau de faire révéler certains défauts du système hospitalier et de faire des pétition afin d’améliorer la dignité des patients. Généralement dans les service de soin on donne souvent plusieurs blouses au patient on peut lui mettre ainsi l’une sur l’autre et donc le problème des fesses est résolu.

    Selon vous les hôpitaux devrait investir dans des milliers de nouveaux modèles de blouses, alors qu’il y a un manque cruelle de personnelles dans divers services.
    N’y a t-il que moi que sa choque !? que l’on fasse autant de bruits pour des « tenues» alors qu’il y a des problèmes bien plus importants à traiter et le manque de personnelle n’était qu’un exemple parmi tant d’autres.

    Je n’enlève pas le mérite que vous avez de soulever se problème je pense simplement qu’il y a plus urgent.

    • Tout à fait d’accord!!! Rien n’empêche le patient de mettre la jaquette par devant et une autre par derrière si elle n’est pas assez grande pour cacher ses fesses!!!! C’est quoi cette perte de temps-là sur une question de jaquette d’hôpital!!! La couleur ne vous fait pas bien? Ou les motifs dessus? ?? Ohhh! Quelle atteinte à votre petite personne!!! Vous porterez vos belles tenues à la maison ou lors de vos sorties!!! Il est temps que quelqu’un se lève debout et arrête ce manège de conneries de jaquettes et s’attaque aux problèmes bien plus urgents comme avoir de bons soins médicaux!!! Voilà le problème!!!

      • Les "atteintes à [nos] petites personnes" sont parfaitement décrites par les patients qui ont témoigné ci-dessus. Veuillez ne pas parler à leur place.

      • En reponse a cricket : je n’ai jamais dit qu’il n’y avait pas d’atteinte a la personne et si vous pensez le contraire je vous prierais de relire mon commentaire.

      • C’est effectivement un problème de dignité et si vous avez vécu cette situation j’en suis desolé pour vous mais en géneral tous les patients recoivent plusieurs blouse evitant ainsi ce problème. D’autre part dans certains hopithaux il existe dejà de nouvelles blouses ayant régler le problème. Et comme je l’ai dit certe c’est une bonne chose de vouloir améliorer le système de santé et tant mieux si notre ministre de la santé y travaille mais ce qui m’embète c’est qu’il a fallu une médiatisation de se problème pour avor une réaction de notre ministre. Et quand est il des question de manque de personelle des locaux trop vétustes…

  58. Bien sûr, si on reste dans les généralités et dans la morale, pour légiférer, on n’est pas sorti de l’auberge !
    Ces blouses ouvertes n’ont lieu d’être que dans les services d’urgences et de soins intensifs.
    Mais dans bien des cas, comme les jours de convalescence, en "hôtellerie", elles sont surtout une solution de facilité pour un personnel (volontairement ?) raréfié.
    Je viens de trouver mon oncle à l’hôpital de Blois (AP) complètement nu sur son lit ! On ne parle même plus de blouse … Sans mentionner, non plus, l’absence de linge dans les toilettes.
    Restons attentifs aux autres et sensibles aux individualités.
    Comment font les alités qui n’ont pas de proches ?
    Vous pensez sérieusement que mon oncle m’aurait parlé, et qu’il aurait abordé le sujet ?
    Si Karine Couot "n’a pas entendu la moindre plainte (en dix ans de service d’aide-soignante) à propos de ces blouses", c’est qu’à l’hôpital, un patient se retrouve en état de totale passivité, laquelle lui interdit de réagir, même s’il le veut.
    Quant aux visiteurs, certains sont parfois si estomaqués des situations, ou si perturbés par ce qui arrive à un parent, qu’il est très difficile de rester vigilant sur toutes les "procédures".
    J’ai eu moi-même, pour une opération bénigne, les "fesses à l’air", dans une chambre à deux lits (en clinique, à mes frais), et j’ai trouvé cette expérience "obligatoire" (et surtout ses suites) très douteuse !
    Encore une fois, les patients ne diront jamais rien, surtout lorsqu’un personnel en majorité féminin (et qui évoque donc inconsciemment, lorsqu’on est un monsieur de 79 ans, et très mal, la mère qu’il faut suivre) est extrêmement directif, malgré sa très bonne volonté.
    A Blois, je n’ai croisé aucun homme dans le service … La parité, peut-être ?

    • Cher Monsieur Guffroy

      Il est dommage qu’à l’hopital de Blois – Assisance Public parisienne : structure hospitalière à but non lucartif vivant entièrement des subventions données par l’ETAT donc vous cher monsieur GUFFROY puisque vous élisez tel ou tel député qui décidera ce qu’il faudra attribuer cette année comme budget à la Santé … PRIVE-PUBLIC confondu (ET OUI le privé touche aussi ces subventions de la même manière malgré les nombreux bénéfices faits qui sont reversés aux actionnaires dont il dépend) – soit en grande difficulté financière actuellement pour ne plus pouvoir fournir une chemise fendue dans le dos à votre oncle et que vous l’ayez retrouvé nu dans son lit .

      Savez vous à quoi se monte un forfait hospitalier ? et à quoi il sert ?
      http://www.ameli.fr/assures/soins-et-remboursements/ce-qui-est-a-votre-charge/le-forfait-hospitalier.php
      Avez-vous déja trouvé un hôtel à ce prix là ?
      Vous voudriez que cet etablissement fournisse vêtements et linge de toilette surtout à des gens âgés qui vivent seuls parce que les familles actuellement sont disloquées et n’ont plus ou ne prennent plus le temps de s’occuper de leur anciens même éloignés car parents non proche alors que leur moyen en matériel sont logés à la même enseigne que pour le personnel faute de financement …

      Soyons un peu réaliste, le personnel hospitalier en a conscience et entendant tres bien les plaintes (les vivant au quotiendiens de manière parfois hyper violente et pas simplement venant d’une certaine catégorie sociale) mais il fait avec les moyens du bord et avec ce qu’on lui donne … et souffre de ne pouvoir fournir ces soins de confort correctement jusqu’au jour où il baisse les bras lassé de se faire "engueulé" voir tapé, et surtout d’avoir ce sentiment de ne pas être écouté jusqu’à pour beaucoup baisser les bras, se blinder jusqu’à l’indifférence ce qui je vous le concède n’est pas une solution .
      Les avez vous entendu quand ils sont descendus dans la rue pour exprimer leur ras le bol … leur inquiétude sur l’avenir de la santé et ce que vous/eux USAGERS alliez subir . NON ! je ne pense pas … vous avez du vous dire comme bon nombre : "Encore une poignée de fonctionnaires qui se la coule douce en se plaignant alors que le privé trime"

      Quand à la parité ?? Ne trouvez vous pas cette remarque un peu excessive .. Des hommes, excercent ces métiers et il y a même des hommes qui se sont exprimés sur ce sujet pour lequel vous vous ètes exprimé… Il y en a de plus en plus qui embrasent ces matiers pour des raisons diverses, si à Blois vous n’avez vu que du personnel féminin et bien c’est comme chez les routiers parce qu’il y en a trop peu encore … Sourire

      • Ne nous méprennons pas, je ne suis pas de ceux qui tapent sur les toubibs ou ignorent la question. Ma famille au complet est une famille de médecins, et beaucoup de mes proches sont des urgentistes … Ceci étant posé, je disais seulement par provocation, qu’après avoir soutenu pendant 40 ans des politiques qui, finalement, le trahissaient, le milieu médical se réveille avec la gueule de bois et un porte-feuille vide. Voter des dépenses sans se soucier des recettes (situation spécifiquement française) en n’écoutant jamais les soignants, voilà où ça nous conduit. Et je suis loin d’être de ceux qui s’en prennent au personnel, bien au contraire. Seulement, un blog c’est fait pour provoquer. et je dis qu’avec des retenus sur salaires faramineuses, divers, des mutuelles, etc. retrouver un patient à poil sur son lit (même aux États-Unis je n’avais pas vu ça !), c’est non seulement inadmissible, mais je me moque carrément du prix des choses, lorsque j’ai déjà payé largement des impôts pour un service de santé qui nous est DÛ ! Je redis qu’un administrateur qui gère la pénurie au lieu de se battre au ministère pour récupérer son fric, c’est quelqu’un à qui le personnel doit rendre la vie impossible. Nous avons tout accepté des politiques si friands de l’austérité, ce n’est pas une fatalité, quoi que vous en pensiez, et JAMAIS (pour avaoir souvent vu et bénéficié de son travail) je n’aurais l’idée de m’enprendre sur le coup au personnel, bien au contraire. Mais ici, après avoir suivi beaucoup de manifs d’urgentistes, je commence à me demander pourquoi ce même personnel ne fou pas plus le bordel ! C’est pourtant une solution radicale pour que quelque chose se passe; en France, si on ne s’engueule pas avec les gens, soit on passe pour un bisousnours, soit on reste en rade. Mais, encore une fois, le service public est déjà payé d’avance. Aux comptables de refaire leurs additions. En tant qu’usager, les restrictions, je ne dois pas avoir à en entendre parler, car ici, c’est la France, et nous avons tous travaillé pour ça, comme vous le dites.

      • Thierry je suis entièrement d’accord avec vous et j’aime cet esprit provocateur car je l’ai aussi ;)

        Et j’espère tout de même qu’à travers ce blog et tant d’autres cela bougera un peu mais malgré tout j’y crois guère . vivant le système au quotidien en temps que professionnelle de santé et usager aussi .

        La santé est un enjeu economique tel que des actionnaires de tout bord l’ont tres bien compris et s’en gavent … et ce moquent bien de la détresse engendrée par la maladie, un handicap ou simplement la vieillesse … Ils n’ont pas vocation de charité !

        Mais il est vrai qu’un administrateur d’etablissement devrait nettement plus se prendre la tête avec son personnel qui se plaint toujours en etant à la recherche de ces chemises si seyantes qu’il porte quand il a froid au lieu de la mettre a un patient de 79 ans ou réclamer des grenouillères … oui ! vous savez ce genre de vêtement mis aux bébés … afin d’eviter d’avoir a nettoyer de la matière fécale sèche ou fraiche que la personne âgée demente, hospitalisée par manque de structure d’accueil, aura etalée de partout et lui procurera un travail supplementaire et l’empêchera de prendre son café avec sa collègue que de courir pour trouver les subventions qui permettront a son etablissement de faire partie du haut du panier dans le palmarès du meilleur etablissement de France …

  59. Mettre en regard, les questions budgétaires et les questions de service à la personne humaine, je trouve cela un peu limite ! Quel que soit le coût de la santé, un État comme le nôtre n’a pas à se poser la question du financement de celle-ci. La santé, et les moyens d’y arriver au mieux, sont un dû, un minimum pour une société européenne qui a un long chemin chaotique derrière pour y parvenir. Le rôle d’un administrateur compétent n’est pas d’organiser la pénurie, mais d’aller chercher l’argent qu’il n’a pas. Bien sûr le manque de personnel (organisé sciemment, d’ailleurs) est une bonne raison fourre-tout ! Mais je n’ai pas encore convié en vacances, chez moi, des gens à qui je demanderais de bien vouloir venir avec leur linge de maison (nappes, serviettes, draps, etc.). Si certains le font, tant mieux pour eux, mais ce n’est pas ce que j’appelle un art de vivre ! Il ne faut jamais laisser l’argent devenir un problème, dans aucun domaine de la vie et de la société … Un peu de politique, c’est pas mal nom plus, au lieu de ne penser qu’à la plage !

    • Bonjours vous dite qu’il ne faut pas "laisser l’argent être un problème" . Quel naiveté la medecine est forcement lié a l’argent et en voila un exemple : la france est un des pays les plus en retard sur le nombre de scanner/ irm, la raison peut etre parcque un irm vaut pluslieurs million… Cela explique pourquoi il faut souvent un mois ou plus pour avoir un rendez vous mais pas que un AVC 1 h de retard parcqu il y a pas d’irm disponible alors le pronostic vitale du patient est grandement remis en cause. Donc allez y continuez a penser que medecine et argent ne sont pas lié, et que l’on vit dans un monde rose…

      • Entièrement de votre avis…
        Sans compter sur la petite "gue-guerre" PRIVE-PUBLIC concernant cet enjeu aupres de l’ARS pour savoir qui obtiendra cette autorisation pour l’obtention de ce type de matériel

      • Nou nous sommes mal compris. Je n’étais pas naïf, mais provocateur en disant cela. Depuis les années 1970, la logique économique des politiques françaises, au contraire des pays anglo-saxons, c’est de voter les dépenses d’abord et de budgétiser les crédits ensuite, et les moyens (pas tous aussi idiots que l’impôt sur le revenu du travail ou la CSG) pour y parvenir, et si ça ne "matche" pas, tant pis, on est en déficit. C’est ce que je voulais dire. Nous sommes avec un problème d’argent que nous avons laisser devenir un problème. On ne peut peut-être rien y changer, du moins rapidement, et c’est pourquoi il est particulièrement important d’être à la fois rationnel dans les dépense, sans jamais manquer d’âme, comme cette histoire de "blouses ouvertes" pour tout le semble le révéler. Les blouses ouvertes ce devrait être pour l’urgence, la réanimation ou les soins intensifs, pas pour "l’hôtellerie", quoiqu’en disent les aides-soignantes. Rassurez-vous, dans le privé, on est "à poil" aussi, et parfois deux par chambre, et pour plus cher !

  60. Ping : Docteur Couine – femme médecin

  61. Ping : De la rébellion face aux instances supérieures « Docteur Couine – femme médecin

  62. De nombreuses opérations, toujours cancéreux métastatique du rein, en protocole expérimental de traitement , je n’ai qu’à me louer de la gentillesse, de l’abnégation et du don de soi du personnel hospitalier.
    - par contre, j’ai horreur de montrer mon arrière train à des personnes que je ne connais pas
    - je ne supporte plus que l’on me dise "on" au lieu de monsieur, Jean-louis ou monsieur Ducournau.
    - dernière remarque et la plus importante pour moi, que l’on ne tienne absolument pas compte de mes remarques sur mes réactions physiques aux pratiques chirurgicales et médicamenteuses que je commence à connaître malheureusement très bien.
    Le médecin chefchef, entouré de ses petits lutins en adoration, n’écoute que lui et surtout pas le bout de viande qu’il va opérer.Lors de ma dernière opération (5heures à quatre mains)il a fallu que j’enlève moi même la pompe à morphine que je ne voulais pas. Ce médecin , je l’avais prévenu que je supportais la douleur sans cette pompe, bien sur, le big chef en a fait qu’à sa tête.Et donc , occlusion, surocclusion , et comme à chaque fois, bonjour les tentatives d’évacuation avec 55 points sur le ventre!
    En dehors de cves petits désagréments, vive le personnel admirable, aux petits soins pour les patients, y aurait-il deux mondes différents dans les hopitaux???????
    A votre service pour n’importe quoi, merci de nous laisser nous exprimer, A+, jean-louis Ducournau.

  63. Je suis un homme de 56 ans;
    Juste pour vous dire qu’il n’y a pas plus vicieux et porno qu’un hôpital.
    Et suis très bien placé pour en parler sur le fait que j’en suis à ma 22 ème hospitalisation en chambre.
    Croyez moi que j’en vu de toutes sortes ?
    J’ai de même subi une agression sexuelle sur ma propre personne par une infirmière, suite à un réveil inopiné après une anesthésie générale. Cette dernière se faisait un grand plaisir bucal sur ma propre personne ????
    Oui mesdames messieurs, ça existe aussi à l’hôpital.
    Depuis le personnel soignant est sous mes ordres et non le contraire concernant le respect de ma pudeur, comme s’exige dorénavant quand cela concerne une action sur mes parties intimes d’être soigné par un personnel masculin sous peine de refus de soins immédiat et croyez moi que cela file droit.
    Il suffit que vous alliez voir les séries télévisées URGENCES et Cie pour vous en rendre compte.
    L’hôpital est un vrai merdier médico pornographique.
    Maintenant ceux ou celles qui appartienne au personnel soignant, je voudrais simplement leur dire que le patient n’est un chien, ni un demeuré et qu’il falloir me mettre au pli.

    Bravo pour cette pétition qui j’espère ne sera pas la dernière en la matière.

    • Hé !!! oui !! et un nombre incalculable de fantasmeurs …
      Dites moi ? J’espère que vous avez porté plainte pour cette fellation faite à votre insu en salle de réveil … car, là c’est certain ! c’est énorme …

  64. Juste une correction en bas de mon dernier commentaire ci dessus :
    "Le patient n’est pas un chien, ni un demeuré et qu’il falloir se mettre au pli "
    En déplaise !

  65. Ping : L’affaire des blouses d’hôpital | Le blog de Borée

  66. Devant subir une intervention mi septembre j’ai déjà préparé mes chemises de nuit, pyjamas e culottes !!
    mais je suis inquiète à la lecture de ce blog ! je croyais ces chemises réservées aux urgences.. Moi qui vais – au moins 2 jours – avoir sonde + drain +cathéter je risque de ne pas couper à cet uniforme dégradant….
    Je m’en vais signer des 2 mains et 2 pieds!!
    merci Farfadoc… Oui ce sujet aussi est important pour le malade

  67. http://www.mon-intime-sein.com/

    Petition signée
    Sujet interessant tant pour les soignants car les attitudes sont trop souvent banalisées que pour les soignés qui, pour certains, des qu’ils rentrent en etablissement de soins oublient leur pudeur; Le port du bas de pyjama n’a jamais été interdit et, si le soignant n’y pense pas le soigné peut et doit le revendiquer.
    Merci Farfadoc

  68. Rho, mais de quoi vous plaignez-vous? Une blouse en coton avec des fleurs bleues? C’est le luxe!!! Bon OK, c’est un peu aéré derrière, mais enfin, on va pas s’attarder sur ces petits détails! ;-)
    Les hôpitaux qui sont dans la mouise n’ont même plus de blouses en coton à proposer aux patients, mais des blouses jetables, en synthétique. Quand il fait chaud, vous transpirez, et quand vous transpirez dans ces trucs, ça pue. Et puis d’ailleurs, même s’il ne fait pas chaud, vous transpirez quand même, car ces blouses déclenchent automatiquement des sueurs du fait de leur composition. L’autre truc sympa, c’est qu’elles sont transparentes (ben oui, plus elle sont épaisses, plus elles coûtent cher!). Donc pour résumer :
    -on voit votre torse, si vous êtes une femme tant pis pour vous
    -on voit vos fesses
    -et vous sentez mauvais.

    Le grand luxe!!!

    PS : étude comparative menée sur les deux, et la prochaine fois que je suis hospitalisée, je vole une blouse en coton dans l’hôpital où je bosse avant d’y aller, histoire de ne montrer QUE mes fesses. En même temps c’est un peu con, mes seins sont beaucoup plus beaux que mes fesses. Va falloir que je réfléchisse, si je la mets à l’envers ça peut peut-être devenir intéressant ;-)

  69. Je suis moi même créatrice d’un concept de tenue pour malade, cette idée m’était venue suite à la très longue maladie de ma mère. Je la voyais dans les couloirs avec son kiné qui essayait de lui faire faire quelques pas, et bien sur elle avait les fesses à l’air …
    Aujourd’hui j’ai créé des modèles confortables et pratiques, ,aussi bien pour les malades que pour le personnel soignant.J’ai été sélectionnée au prix de l’innovation.
    J’ai démarché des services pour le présenter, le personnel trouve cela bien, mais elles ne veulent pas changer leurs habitudes!!!
    Certains établissements l’on pris, mais les responsables doivent se battre avec les aides soignantes pour qu’elles l’utilisent…
    J’ai eu moi même des problèmes de santé et j’ai utilisé ma tenue, pas de coutures dans le dos,et on ne passe plus rien par la tête et les bras.Les infirmières ont trouvé cela très bien, mais aucune n’est allée plus loin dans la réflexion, je ne les dérangeais pas pour les soins de toilettes, mais cela ne les a pas interpellé….
    Enfin, il faudrait que les mentalités changent,.
    Dans mon jeune temps, j’étais infirmière, donc je connais tous les aspects de la situation.
    Merci, à Farfadoc, d’avoir soulevé le problème.

  70. Bonjour

    Lorsque j’ai commencé à lire cet article, j’ai souris car le sujet (qui n’est pas du tout en rapport avec ma recherche) prête à sourire. Mais au file de la lecture, vous "coup de gueule" est bien construit, cohérent et argumenté. À bas la chemise d’hôpital!

  71. Ping : Pudeur, exhibition et soignants | Bmax.fr

  72. Un autre petit souci pour certains patients, ceux qui arrivent aux urgences amenés par le Samu, après un malaise ou un accident sur la voie publique, par exemple.
    Cela m’est arrivé il y a quelques mois, un soir tard. Très bien reçu et traité dès mon arrivée dans un grand hôpital d’IDF. Gardé en observation, personnel très sympa. Le lendemain matin on m’annonce que faute de place en m’envoie dans un autre hôpital ce qui fut fait illico. Là aussi très bien reçu, très bien soigné, personnel sympa et tout. Au bout d’une semaine, mon cas s’étant compliqué on m’explique que l’on va m’envoyer dans un troisième hôpital qui dispose des spécialistes et des instruments correspondant à mon cas. J’y ai également été pris en charge rapidement, personnel aimable et efficace, et au bout d’une semaine j’ai pu rentrer chez moi. Bref, je n’ai rencontré nulle part ces situations épouvantables que décrit la presse, les patients attendant des heures dans les couloirs, le personnel débordé etc., Sans doute ai-je eu de la chance.
    Mais, car il y a un petit mais, sinon je n’écrirais pas ce billet. Ayant été amené par le Samu, je n’avais que ce que je portais sur moi, il m’a été impossible pendant cinq ou six jours de me brosser les dents, de me raser etc. Je n’avais aucune personne à contacter en IDF, les personnes qui auraient pu éventuellement me dépanner étaient à l’autre bout de la France. J’imagine que bien des gens ont dû être dans ce cas. Aussi je me permets une timide suggestion : ne pourrait-on proposer au patient arrivant « sans rien » un petit kit de premier secours, avec du savon, du dentifrice, des rasoirs jetables genre échantillon une mini bombe de mousse à raser enfin toutes ces choses banales mais indispensables. Bien entendu cela serait facturé au patient et non pris en charge par la sécu et les mutuelles, qui sont au bord de la ruine comme chacun sait. Je vous assure que j’étais prêt à payer tout cela à prix d’or… On n’imagine pas comme ces détails prennent de l’importance quand on se trouve isolé dans un hôpital où on ne voit pratiquement jamais deux fois la même personne, ce qui est inévitable et normal dans une structure fonctionnant 24h/24 et 7j/7, mais qui est très déstabilisant…

  73. Alors voilà un rapide compte rendu suite à mon commentaire du 20 août !
    Ca y est j’ai été opérée et tout s’est bien passé.
    J’ai effectivement eu droit à cette blouse ouverte derrière et fermée par un lien au cou et à la ceinture.
    Entrée la veille de l’intervention je n’ai eu à la mettre que le matin même après la douche désinfectante.
    Ensuite je l’ai gardée au retour dans ma chambre jusqu’au lendemain après midi quand la sonde urinaire a pu être ôtée et qu’on m’a aidée pour la toilette ; là l’aide soignante m’a demandé si j’avais un vêtement personnel à mettre pour être mieux ; donc rien à dire pour cet établissement!
    En revanche comme dans la plupart des hôpitaux sous effectif et/ou surcharge du personnel :
    - on me dit qu’on va faire une analyse d’urine avant l’intervention donc de ne pas uriner avant qu’on revienne avec ce qu’il faut…. l’infirmière ne revient pas… le chirurgien passe pour un dernier point avant l’intervention ; je lui pose donc la question et il désigne la feuille dans sa main ; "non c’est bon j’ai là celle du 30 août ça me suffit"…. Ah bon tant mieux …
    - l’anesthésiste a prescrit un tranquillisant léger la veille au soir et un autre 1h avant ainsi qu’une prémédication plus forte ; le soir je reçois de l’équipe de nuit le comprimé vers 19h30 ; vers 21h la même équipe m’en proposera un autre… que je refuse ayant connaissance de la prescription… le lendemain : je dois être opérée à 12h ; vers 10h on me demande de me doucher et revêtir la fameuse blouse : ok …. puis 10h45 : désinfection spécifique liée à mon intervention ; 11h 45 le brancardier vient me chercher… Pas de prémédication…. donc étonnement de l’anesthésiste qui me pose la question (mais qui compte tenu de la fin de la période de congés n’est pas celui qui a prescrit et que j’ai vu 3 jours avant). …. J’étais vraiment très zen alors je n’ai pas ressenti le besoin de demander… mais compte tenu d’un effet blouse blanche sur ma tension ce n’était peut être pas une bonne idée!
    - je suis sous perfusion depuis plus de 48h et reçois aussi un anti douleur par perfusion on me dit d’appeler quand celle ci est finie… c’est le cas à minuit mais je n’ai pas mal ; j’attends donc 4h du matin la douleur se réveillant…. 4h55 personne et j’ai aussi très envie d’uriner ; je vais pour me lever mais trop faible je m’écroule (m’étant agrippé à la perche à perfusion je suis dans un mauvais pas) ; je ne serais aidée que vers 5h30 …. dur dur !! l’équipe ne peut pas savoir si on appelle juste pour une question de confort ou plus prioritaire….
    Voilà c’est l’enseignement que j’en retire…

  74. La prochaine fois (j’espère que se ne sera pas le cas) cherchez "Vetizen" sur internet, et n’hésitez pas à téléphoner. Votre confort et votre intimité( plus de fesses à l’air) seront respectés , l’ autonomie facilité puisque dès que vous allez mieux, se changer même avec une perfusion et des sondes n’est plus un problème.

  75. J’ai accouché pour la 4ème fois dans une maternité sympa: on donne 2 blouses à la maman, celle que l’on met en-dessous où l’on montre ses fesses et par-dessus la deuxième enfilée comme une robe de chambre. Mon accouchement a eu lieu cet été et je ne crois pas avoir eu ce "traitement de faveur" pour mes naissances précédentes… Serait-ce un retour déjà positif de la pétition? J’espère! En tout cas, que c’est appréciable de ne pas avoir de courant d’air dans le derrière!!

  76. Plusieurs fois hospitalisée en clinique pour des petites interventions, depuis environ un an surprise!!!! pour mettre sous la chemise de bloc, papier (encore pire) on m’a donné une culotte papier aussi qui fait plutôt culotte bouffante mais pas grave, le résultat étant les fesses cachées, mais c’est du grand luxe !!!
    C’est-y-pas bien ça mdame?
    bon dimanche

  77. Ping : Venez comme vous êtes | 2 Garçons, 1 Fille : 3 Sensibilités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s