Marcher sur la tête

Nous autres médecins, on aime bien se plaindre de nos conditions de travail ou de notre rémunération.
C’est vrai que le paiement à l’acte, c’est crétin. Qu’on a des charges qui grimpent comme la maison de Là-haut. Que le futur n’est pas forcément hyper engageant, surtout quand on est installé. Que ce n’est pas la peine de compter sur une retraite.

Charges des médecins libéraux (à peu près)

Charges des médecins libéraux (à peu près)

Mais on a quand même de la chance par rapport à d’autres métiers.

Et je ne parle même pas des ouvriers, ou des manutentionnaires, ou des dizaines et centaines et milliers de boulots sous payés, avec des contrats précaires ou pas de contrat du tout.

Regardons juste ce qui se passe du côté des sages-femmes.

5 ans d’études , les spécialistes de la physiologie pour tout ce qui concerne la grossesse, l’accouchement, mais aussi la vie gynécologique de la femme.
Et pourtant, leurs compétences ne sont connues que par une minorité du grand public.
Encore aujourd’hui, Hélène, 28 ans, a été toute surprise d’apprendre qu’elle pouvait faire suivre sa grossesse par la sage-femme qu’elle avait vu il y a deux ans pour sa rééducation périnéale. Elle en était ravie, mais voilà : même pour le suivi d’une grossesse normale, elle n’avait pas identifié les sages-femmes comme premier recours.

C’est aussi une profession qui subit une réglementation parfois idiote au point d’atteindre le ridicule.
Anne voit sa sage-femme pour sa rééducation périnéale. Elle a une cystite. Si elle était enceinte, sa sage-femme pourrait lui prescrire un antibiotique adapté. Elle a accouché il y a deux mois, donc ce n’est pas possible.
Cécile, suivie pour sa grossesse chez une sage-femme, a besoin d’un arrêt de travail, parce qu’à 6 mois, ça devient difficile d’assurer la mise en rayon des surgelés au supermarché d’à côté. Mais sa sage-femme ne peut lui prescrire que deux semaines. Je ne suis pas plus apte qu’elle à estimer si un arrêt de travail est justifié, surtout que ce n’est pas moi qui suis la grossesse de Cécile, mais moi j’ai le droit de lui faire un arrêt de travail de 3 mois si je veux.

Ça a déjà une petite tendance à m’énerver. Pour les patientes qui ont des démarches à rallonge à faire, pour les généralistes qui se retrouvent avec des consultations non nécessaires pour faire des papiers, et pour les sages-femmes qui sont bridées par des règlementations débiles.

Par là-dessus, les sages-femmes libérales ont une rémunération injuste et injustifiée.
Je savais déjà que les consultations des sages-femmes, bien que plus longues en moyenne que celles des généralistes, avaient longtemps été payées moins chères. Pas très logique, vu qu’une sage-femme est mieux formée qu’un généraliste pour une consultation de suivi de grossesse normale. Elles ont aussi longtemps été payées moins qu’un généraliste ou un gynéco pour les mêmes actes, comme par exemple la pose d’un DIU. C’est en train de changer, et c’est pas dommage.

Mais récemment, j’ai lu cet article de 10lunes. Et je ne m’en remets pas.
313,60 € pour un forfait accouchement à domicile + suivi de la maman et du bébé pendant 7 jours à domicile.

Sérieusement? 313,60€?

Ça me donne envie de greffer un sonotone qui diffuse le poussin Piou en boucle à tous les administratifs, ministres et autres décisionnaires qui ont pu pondre un truc pareil.

Cet article de 10lunes, je l’ai lu pendant que j’étais de garde.
Garde régulée par le centre 15, en maison médicale, de 20h à minuit.
J’ai touché 50€ rien que pour le fait d’être de garde, plus les consultations (2 adultes, un jeune enfant et un bébé).
En tout, 320 €.
J’ai touché plus en 4 heures de travail, dont deux heures à manger et zoner sur internet, qu’une sage-femme qui assure le suivi d’un accouchement à domicile et de ses suites pendant une semaine.

L’accouchement à domicile, c’est pas mon domaine, je ne me suis jamais penchée vraiment sur le sujet. Bien sûr, à mon sens, c’est une pratique qui doit être encadrée, et il n’est pas question de proposer ça à tout le monde. Mais qu’une prise en charge aussi globale et complexe, et qui représente quand même pas mal de travail pour un-e professionnel-le qualifié-e, soit payée moins cher qu’une soirée de garde, ça me dépasse.
La cerise sur le gâteau? Pour les accouchements à domicile, légalement, les sages-femmes doivent être assurées. Mais l’assurance annuelle leur coûterait à peu près 60 fois ce qu’elles touchent pour une semaine de suivi. Cherchez l’erreur.

C’est pas logique.

Ce qui serait logique, c’est que l’accompagnement d’un accouchement et de ses suites soit payé plus cher qu’une réparation de fuite par un plombier. Surtout que même en réévaluant très nettement le tarif, ça resterait très en dessous du coût pour la sécurité sociale d’un accouchement standard sans complication en hôpital ou clinique.

Et tant que j’y suis:

Il serait logique aussi que les pharmaciens soient mieux payés quand ils donnent un conseil adapté que quand ils vendent de la merde. Parce que pour l’instant, ils sont un peu condamnés à jouer aux épiciers s’ils veulent gagner leur vie. Leurs bons conseils sont gratuits. Un pharmacien qui vous explique que votre rhume va passer tout seul va gagner trois fois rien. Allez, il va peut-être vous vendre une boîte de paracétamol, et au mieux, un pschit pour le nez à l’eau de mer. Un autre pharmacien qui pour le même rhume vous refile du TrucPourriPourLeRhumeEnComprimé, du TrucPourriPourLeRhumeEnPschitPourLeNez, du SiropQuiSertARienPourLaToux, et puis des GranulesAuSucre, et des VitaminesQuiServentARienPourPasserLHiver, il va se faire vachement plus de sous.

Et avec ceci?

Et avec ceci?

Alors que les pharmacien-ne-s sont des professionnels du médicament. Des gens compétents, capables d’analyser une ordonnance ou un dossier pharmaceutique pour détecter contre-indications et interactions, capable de vous aider à vous y retrouver dans des traitements parfois difficiles à comprendre.

Il serait logique que les actes infirmiers à domicile soient revalorisés. Actuellement, il faut croire que les infirmier-e-s ont une combine spéciale pour trouver de l’essence pas chère, ce qui expliquerait que leurs indemnités kilométriques soient de 0,45€/km alors que pour les médecins, c’est 0,61€/km. Ah, on me souffle dans l’oreillette que le prix de l’essence est le même pour tout le monde…

Il serait logique que les auxiliaires de vie et aides soignant-e-s qui interviennent à domicile soient correctement rémunérés, que leur travail précieux soit reconnu. Surtout avec toute la pub qu’on fait autour des plans dépendance, et qu’on va aider les personnes âgées à garder leur autonomie, et que c’est important et blablabla. La réalité, souvent, c’est un contrat précaire 15h par semaine, mais avec 1h le matin de 7h à 8h, une heure de 13h à 14h, et une de 19h à 20h.

Enfin bon, dans ma tête, il serait logique aussi qu’on ne mette pas des êtres humains dans des centres de rétention parce qu’ils ont essayé de fuir un pays en guerre.
Que les humains soient égaux, en droit et en application pratique, un peu partout, en France et dans le monde.
Et que les gens ne meurent pas de maladies qu’on sait soigner en masse pour beaucoup moins cher qu’un grand prix de formule 1.

La logique et le bon sens, ils en prennent un coup tous les jours.

Mais c’est pas une raison pour trouver normal le fait qu’on marche sur la tête.

Attention, on marche sur la tête dans les paragraphes qui suivent