C’est dommage, quand même. Episode 1.

Quand j’étais en D3, on a passé deux jours à attendre les résultats de nos examens de fin d’année.
Parce que la secrétaire de la scolarité n’avait pas de punaise pour les afficher sur le tableau en liège. Et non, c’était pas possible de juste nous donner les feuilles de résultats.

Quand j’étais interne, j’avais 12 RSCA à faire en trois ans. Et puis 8. Ou 6. Enfin 12 c’était mieux, mais si y’en avait moins, ça pouvait fonctionner quand même. Enfin ça dépendait du tuteur. Et de la personne à qui on posait la question. 

Depuis que je suis enseignante, j’ai vu des cours être annulés parce qu’il n’y avait pas suffisamment d’internes inscrits. Internes qui n’étaient pas au courant qu’un cours avait lieu ce jour-là sur ce sujet-là. 

J’ai vu des externes qui ne connaissaient même pas l’existence du département de médecine générale de leur fac. Même ceux qui voulaient être généralistes, même ceux qui s’inscrivaient au certificat optionnel de médecine générale.

Il y a un mois, dans mon nouveau rôle de directrice de thèse, j’ai cherché désespérément les consignes locales concernant les polices de rédaction ou la mise en page. Sans succès.

C’est dommage, quand même, ce manque criant de diffusion des informations.
Parce qu’à l’heure d’internet, de facebook et de twitter, ce ne sont pas les moyens de communication qui manquent.

Ça pourrait changer.

Rendez-vous jeudi prochain.

D'accord, la livraison de courrier par des rapaces  nocturnes, c'est hyper cool. Mais c'est pas le plus efficace.

D’accord, la livraison de courrier par des rapaces nocturnes, c’est hyper classe. Mais c’est pas le plus efficace.

 

Episode 2
Episode 3
Episode 4
Episode 5
Ça pourrait changer

Publicités

5 réflexions au sujet de « C’est dommage, quand même. Episode 1. »

  1. Alors je dis, oui c’est dommage, oui ça pourrait changer, et j’attends avec impatience la suite au prochain épisode. Je reste toujours admiratif de ta capacité à chercher des solutions plutot que juste te mettre en colère comme je le fais <3.

  2. Ping : Emmêlage | Journal de bord d'une jeune médecin généraliste de Seine-Saint-Denis

  3. ben alors là si ce dommage là n’existait qu’en médecine… mais c’est un dommage partagé…un peu de bonne volonté, de culture du partage de l’information??

  4. Ping : Une FUMG 2.0? | Journal de bord d'une jeune médecin généraliste de Seine-Saint-Denis

  5. Moi, je trouve votre article excellentissime. Je fais de la médecine depuis quelques années et je me dis que la donnée, dans le sens de connaissance, est vraiment l’essence même de notre travail (anamnèse, connaissance pour pouvoir soigner nos patients, communication entre les différents professionnels de la santé, etc.). Et quand on analyse les carences du système actuel, on se dit que quelques changements s’imposent. Le numérique est probablement une partie de la réponse (dossiers médicaux informatisés, le web comme sources d’information, les réseaux sociaux pour informer et écouter nos patients). Un peu dans la même veine, un article qui pourrait vous intéresser: Médecine 2.0: Internet, le médecin et son patient: http://bit.ly/1czSelf
    Jean Gabriel Jeannot, @jgjeannot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s